• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Nîmes, un gilet jaune de 80 ans à Nicole Belloubet : “Je veux vous dire que ça va mal finir”

En marge d'une réunion publique, à Nîmes, la Ministre de la justice a discuté une dizaine de minutes avec une vingtaine de gilets jaunes. Au menu: les violences policières supposées. / © ludovic MARIN / AFP
En marge d'une réunion publique, à Nîmes, la Ministre de la justice a discuté une dizaine de minutes avec une vingtaine de gilets jaunes. Au menu: les violences policières supposées. / © ludovic MARIN / AFP

En marge d'une réunion publique, à Nîmes, la Ministre de la justice a discuté une dizaine de minutes avec une vingtaine de gilets jaunes. Au menu: les violences policières supposées.

Par Olivier Le Creurer

Sifflets et sirènes. "Madame Belloubet, on vous attend, on est encore là. On veut  des selfies." Mercredi 22 mai, une vingtaine de gilets jaunes sont postés devant une brasserie bien connue de Nîmes où se déroule une réunion publique d'En Marche en vue des élections européennes.

La Ministre de la justice vient à leur rencontre en sortant. La scène est captée par France Bleu Gard Lozère. Elle dure une petite dizaine de minutes. 

On n'est pas des voyoux


"On n'est pas des voyoux", lui lance un gilet jaune." Ils interrogent Nicole Belloubet sur les 240 recours déposés devant l'Inspection générale de la police nationale: "pourquoi n'y a-t-il aucune suite juridique alors qu'il y a des cas flagrants de violence policière ?"

"Effectivement, il y a 240 enquêtes. Toutes les plaintes qui ont été déposées ont donné lieu à des enquêtes. Certaines sont terminées. Le procureur de la République, notamment, va donc prendre prochainement un certain nombre de décisions," assure la ministre.

"Si vous voulez que les enquêtes soient moins complexes, obligez vos agenst à afficher leur matricule. Aucun ne le fait," assure un manifestant. "D'un côté, il y a des procès de gilets jaunes en comparution immédiate et de l'autre rien du côté des violences policières," assène un autre".

Je vous en supplie, écoutez-les


Le ton reste assez véhément et la ministre de la justice, répond, quand elle le peut, avec calme. Un homme, gilet jaune, s'approche d'elle et prend ses mains dans les siennes. "On n'en peut plus. Je suis en colère. Je veux vous dire que ça va mal finir. Je vous en supplie, écoutez-les. Moi, j'ai 80 ans, je m'en fous. Si vous ne faites rien, comment voulez-vous que ça s'arrête?"

"Mais on fait, on fait monsieur," lui assure Nicole Belloubet. L'échange est terminé.

 

Sur le même sujet

Montpellier : le trophée de la Coupe du monde de foot féminin

Les + Lus