Depuis le 18 janvier, l’école maternelle et primaire Léo-Rousson à Nîmes (340 enfants) était fermée. Plusieurs enfants et enseignants souffraient d’une allergie cutanée. Les premières plaques suspectes sont apparues lundi 15 janvier sur la peau de 15 élèves et de 6 enseignants. Des boutons rouges, des signes d’irritation ou d’allergie cutanée dont l'origine reste encore à déterminer.



Des analyses avaient été faites sur les locaux mitoyens au groupe scolaire, d’anciens logements de fonctions destinés à devenir des salles de classe. Il s’agissait d’un chantier de désamiantage, mais il a été mis hors de cause. Par la suite, une importante opération de nettoyage avait été entreprise : plafonds, murs et vitres, points de contacts, meubles, jouets...

Quatre enfants et cinq adultes


Lundi matin, les élèves étaient de retour dans leur établissement et dans l'après-midi, quatre enfants et cinq adultes se sont de nouveau plaints de réactions cutanées. Après enquête, il apparaît que le nettoyage a été mal fait. L'école primaire a de nouveau été fermée jusqu'à jeudi soir pour un nouveau nettoyage. Les enfants seront accueillis d'ici là au collège voisin Romain Rolland. 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.