Transition écologique : l'ancienne centrale thermique d'Aramon est devenue un parc photovoltaïque

L'ancienne centrale thermique au fioul d'EDF d'Aramon dans le Gard a été reconvertie en centrale photovoltaïque. / © Lucien Thélu / FTV
L'ancienne centrale thermique au fioul d'EDF d'Aramon dans le Gard a été reconvertie en centrale photovoltaïque. / © Lucien Thélu / FTV

A Aramon dans le Gard, le site de l'ancienne centrale thermique au fioul d'EDF est désormais un parc photovoltaïque et un "cleantech booster", un accélérateur pour entreprises innovantes en matière d'écologie. C'est le résultat de l'un des premiers contrats de transition écologique signé en France

Par C.Alazet avec J.Curato

C'est l'un des premiers contrats de transition écologique signés en France à se concrétiser.

La centrale thermique au fioul d'Aramon dans le Gard s'est arrêtée en 2016. Sa nouvelle vie de parc photovoltaïque vient de commencer. Un parc 300 moins puissant cependant que l'ancienne centrale.  

Cette redynamisation du site était une promesse d'EDF. Le grand patron de l'entreprise, Jean-Bernard Lévy, a d'ailleurs inauguré en personne les nouvelles installations jeudi 26 septembre.
 

Nous avons produit sur ce site pendant 40 ans et nous avons pris l'engagement de ne pas laisser tomber le site.


Si EDF reste présent avec ce parc photovoltaïque de 5 mégawatts capable d'alimenter 3500 foyers, le site a désormais une autre vocation, avec son "cleantech booster": accélérer le développement des start-up travaillant sur les énergies propres et durables.

Une dizaine de jeunes pousses viennent tout juste de s'y installer.

Pour Philippe Junca, co-fondateur de l'une d'elles, hébergée sur le site, "c'est vraiment un moyen de dynamiser l'ensemble des start-up, ça crée des écosystèmes".
 

On a déjà trouvé des collaborations possibles avec d'autres start-up sur place, c'est vraiment important pour nous.


Il y a moins d'un an un contrat de transition écologique était signé avec l'Etat, les collectivités locales et des financeurs publics.

La reconversion du site prouve que l'écologie peut être un moteur pour l'économie locale, même si pour l'instant on est loin des plus de 400 emplois directs et indirects liés à l'exploitation de la centrale thermique de 1976 à 2016, comme l'ont fait remarquer les syndicalistes CGT d'EDF.


Du côté de la commune d'Aramon, on espère que cette renaissance du site historique des bords du Rhône n'est que le début d'une nouvelle ère économique.

Production d'électricité verte, traitements et valorisation des déchets industriels, le projet est porteur de beaucoup de promesses. Son évolution sera donc particulièrement observée.
 

Sur le même sujet

Les + Lus