Gers : il accusait les urgences d'une mauvaise prise en charge, l'agence régionale de santé lui donne tort

Antonin Bridard a perdu sa main lors d'un accident de travail à Condom. Il aura attendu presque 4h, avant d'être pris en charge par l'hôpital de Purpan à Toulouse. / © Francetvinfo / Jack Levé
Antonin Bridard a perdu sa main lors d'un accident de travail à Condom. Il aura attendu presque 4h, avant d'être pris en charge par l'hôpital de Purpan à Toulouse. / © Francetvinfo / Jack Levé

Un jeune Gersois a perdu sa main il y a un an. Pour lui, les 4h d'attentes avant sa prise en charge à Toulouse y sont peut-être pour quelque chose. L'agence régionale de santé répond qu'il n'y a rien d'anormal. 
 

Par Karen Cassuto

Il y a un an Antonin Bridard, charpentier gersois, perdait sa main dans un accident de travail survenu à 8h30. Pris en charge par le Smur de Condom aux alentours de 9h, il n'arrivera à l'hôpital de Purpan à Toulouse qu'à midi. 
 


Sa main aurait peut-être pu être sauvée

Pour lui, sa main aurait peut-être pu être sauvée s'il avait été transporté en hélicoptère. Pour l'agence de santé, les conditions météo ne le permettaient pas. Un an plus tard, Antonin Bridard dénonce une défaillance des secours en zone rurale. 
 
Antonin Bridard réclame une meilleure prise en charge dans les zones rurales.

La Ligue des Droits de l'Homme du Gers l'appuie, et réclame les résultats de l'enquête de l'agence régionale de santé dans une lettre parue ce mardi 11 juin : 
 
La Ligue des Droits de l'Homme réclame les résultats de l'enquête à l'agence régionale de santé. / © Ligue des Droits de l'Homme du Gers
La Ligue des Droits de l'Homme réclame les résultats de l'enquête à l'agence régionale de santé. / © Ligue des Droits de l'Homme du Gers


Rien d'anormal pour l'ARS

L'agence régionale de santé (ARS) a répondu à France 3 que l'enquête était terminée. 

Rien d'anormal n'a été detecté dans la prise en charge de ce patient. Pour un tel évènement, il arrive que l'attente dure entre 6 et 12h. Donc 4h d'attente, c'est dans la moyenne.


Pour l'instant, Antonin Bridard n'a pas porté plainte. Il se concentre sur sa prochaine opération, qui pourrait lui permettre de reprendre le cours de sa vie. Ce charpentier de formation ne travaille plus depuis un an.
 

Malaise des urgences en zone rurale

Son histoire est révélatrice d'un malaise des urgences en zone rurale.
A l'époque de son accident, le Smur 32 n'ouvrait que de 9h à 21h. Dans le cas d'un accident de nuit, les Gersois de Condom étaient pris en charge par le Smur de Nérac (Lot-et-Garonne), à 45 minutes de route. C'est encore le cas aujourd'hui mais dès septembre, les urgences de Condom devraient ouvrir 24 heures sur 24. 
 

L'histoire d'Antonin Bridard s'inscrit dans un contexte de tension : le Sénat vient d'adopter le projet de loi santé 2022, décrié par une partie des urgentistes. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réactions d'usagers des finances publiques de l'Hérault

Les + Lus