Gilbert Collard présent au siège du FN

Publié le Mis à jour le
Écrit par FD avec afp

Le député du Gard doit participer au bureau politique ce lundi matin, qui sera suivi d'un bureau exécutif en instance disciplinaire pour décider d'éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen. Le président d'honneur du FN, est arrivé au siège de son parti à Nanterre dans les Hauts-de-Seine.


Outre Jean-Marie Le Pen, sont présents au siège du FN à Nanterre, la députée du Vaucluse et petite-fille du président d'honneur du parti, Marion Maréchal-Le Pen, l'eurodéputé Bruno Gollnisch, un des soutiens de M. Le Pen ou encore le député du Gard Gilbert Collard, l'un des plus critiques à son égard. N'étant pas membre du FN, il ne devrait pas prendre part au bureau exécutif et donc à l'instance disciplinaire.

Gilbert Collard, député du Gard et secrétaire général du Rassemblement bleu Marine (RBM), a affirmé lundi que le Front
national, qui se réunit en vue d'éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen, allait "vers un congrès extraordinaire."

On ne peut pas retirer le titre de président d'honneur sans un vote du Congrès" a expliqué Gilbert Collard au Talk du Figaro, déplorant que le parti frontiste soit "juridiquement coincé".


Interrogé sur la date de cet éventuel congrès exceptionnel, le député du Gard a éludé : "Ca va être fait très vite". "On va être obligé de réorganiser complètement le mouvement" a également indiqué Gilbert Collard.

Le président d'honneur du Front National est convoqué ce lundi par le bureau exécutif du parti pour décider d'éventuelles sanctions à son encontre suite à sa répétition de ses propos sur les chambres à gaz, "détail" de l'Histoire.

On ne veut plus entendre Jean-Marie Le Pen tenir des propos qui ne correspondent plus à nos positions" a affirmé Gilbert Collard, pour qui Jean-Marie Le Pen "ne s'est même pas rendu compte" que "c'est le moment où il faut quitter la scène".


Un bureau politique puis un bureau exécutif

Cette instance disciplinaire, convoquée par Marine Le Pen suite aux multiples provocations de son père, est précédée d'un bureau politique qui doit décider des investitures aux élections régionales de décembre.

La présence de Jean-Marie Le Pen à ce bureau politique, une instance frontiste dont il est membre de droit comme toutes les autres instances au vu de son titre de président d'honneur, n'impliquait pas forcément qu'il assiste au bureau exécutif qui se déroulera dans la foulée.

Je ne vais pas au bureau exécutif là, je vais au bureau politique", a-t-il d'ailleurs indiqué.


Un bon connaisseur du FN pronostiquait d'ailleurs dimanche que M. Le Pen serait présent à la première instance, mais pas au bureau exécutif disciplinaire qui doit se prononcer sur son cas.
Alors que Marine Le Pen a dit souhaiter que M. Le Pen puisse rester libre de sa parole sans que celle-ci n'engage le FN, M. Le Pen a indiqué à son arrivée: "Je suis un parlementaire, un parlementaire c'est payé pour parler".
Il s'est dit "serein, déterminé comme je suis d'habitude, je ne change pas à mon âge".