• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

1er mai : des manifestations sous (haute) surveillance policière à Toulouse

© France 3 Occitanie/JMeurin
© France 3 Occitanie/JMeurin

Ce 1er mai, les syndicats ne sont pas le seuls à descendre dans la rue. Des appels à manifester circulent dans les rangs des gilets jaunes. La préfecture de la Haute-Garonne annonce des renforts policiers et interdit toute manifestation, place du Capitole à Toulouse.

Par Laurent Dubois

Plus de 7000 policiers sont mobilisés à Paris. La crainte de la présence de black blocs conduit à un renforcement du dispositif de sécurité pour les traditionnelles manifestations du 1er mai. A Toulouse, selon une source policière, les autorités ne redoutent pas (particulièrement) la participation d'éléments violents. 

Mais la ville Rose reste un des fiefs de la mobilisation des gilets jaunes. Tous les samedis, depuis 24 semaines, les manifestations dégénèrent. Face à un nouveau risque de violence, des commerçants toulousains ont pris, dès le début de matinée, des mesures de protection. Vers 10 heures, un établissement bancaire, situé rue Alsace Lorraine, a fini de protéger sa vitrine.
 
Etablissement bancaire à Toulouse / © France3Occitanie/JMeurin
Etablissement bancaire à Toulouse / © France3Occitanie/JMeurin
De son côté la préfecture annonce des renforts substantiels de forces mobiles. Une interdiction de manifester place du Capitole s'applique également de 9 heures à 18 heures. Cette mesure intervient le lendemain d'une action coup de poing menée par des gilets jaunes
 
A noter que les syndicats ont également renforcé leurs services d'ordre. La CGT mobilise notamment 25 personnes, 10 de plus que pour les 1er mai "traditionnels".

Ces mesures de précaution risquent de s'avèrer utiles. Vers 10 heures 45, une source policière indique que 300 "profils à risque" ont été repérés en "queue de cortège".

 

Sur le même sujet

Perpignan : le ministre de la Culture en visite au festival Visa pour l'image

Les + Lus