• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

3 raisons de courir au festival photo MAP à Toulouse

L'affiche du festival est tirée de cette photo de Peter Knapp / © Peter Knapp
L'affiche du festival est tirée de cette photo de Peter Knapp / © Peter Knapp

Jusqu'au 19 mai, le festival, qui investit chaque année un lieu différent, s'est installé dans les anciens locaux de la direction de la culture de la mairie de Toulouse et invite des grands noms de la photo comme des jeunes espoirs. Jouissif. 

Par Fabrice Valery

1. Pour admirer le travail de légendes de la photo

L'une des raisons de se rendre séance tenante à MAP, c'est de (re)découvrir les oeuvres de grands noms de la photographie. Citons ici par exemple Marie-Laure De Decker qui y expose deux facettes différentes de son travail : des grands portraits d'artistes, souvent mélancoliques, d'une part et d'autres part sa couverture de la guerre du Vietnam en 1970.

'occasion de voir que le même photographe peut exceller à la fois dans la photo de mode et dans le photoreportage dans des conditions difficiles.

On regardera aussi avec attention l'exposition consacrée à Peter Knapp. Le vieux monsieur si discret a révolutionné la photographie de mode.

Sa présence à Toulouse est un événement, partagé d'ailleurs par d'autres photographes invités, comme Eric Bouvet (qui présente son travail en immersion avec les forces russes en Tchéchénie)fier de poser avec le maître helvète. 

2. Pour voir de la pop et des jeunes

Mais la direction du festival, Pierre Garrigues et Ulrich Lebeuf, a aussi laissé une large place à la nouvelle génération et aux espoirs photos. Et aux couleurs qui pétillent. On ne citera ici que deux exemples : la Parisienne Marie Rouge dont le travail interroge notamment sur le genre. Garçon, fille, homme, femme. Des portraits d'une grande humanité.
© Marie Rouge
© Marie Rouge

Ou encore, la jeune plasticienne-photographe Barbara Olmos, lauréate du prix du Conseil départemental 31, qui avait lancé un concours sur le thème "pop", et qui photographie les étonnants hamburger qu'elle fabrique. Une satire de la société de consommation. 
© Barbara Olmos
© Barbara Olmos

3. Pour découvrir un lieu unique

MAP photo, c'est chaque année dans un lieu différent de Toulouse. Au 24 rue Croix-Baragnon, cette fois, était autrefois installée la direction des affaires culturelles de la mairie de Toulouse. La ville a choisi de vendre le lieu. Avant les travaux, MAP a donc investi ces anciens bureaux et salles de réunions.
Map a investi le 24 rue Croix-Baragnon / © F. Valery / France 3
Map a investi le 24 rue Croix-Baragnon / © F. Valery / France 3

Un lieu unique (dans tous les sens du terme) donc pour voir toutes les expos mais plus que cela : un lieu totalement métamorphosé en une immense galerie photo sur trois niveaux, un travail colossal (et réussi) de scénographie, chaque salle, chaque recoin peint, illuminé pour mettre au mieux en valeur le travail des photographes.

Plusieurs salles, plusieurs ambiances. Un seul festival. Courez-y. Et en plus c'est gratuit. 

Sur le même sujet

Aude : des sénateurs évaluent les riques climatiques et les indemnisations des victimes

Les + Lus