Aéroport Toulouse-Blagnac : les actionnaires chinois s'apprêtent à vendre leurs parts au groupe Eiffage

Casil Europe annonce être en négociation exclusive avec le groupe Eiffage pour la cession de sa participation de 49,99 % du capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac. L'actionnaire chinois avait acheté des parts en 2014 dans une privatisation qui fait désormais l'objet d'un litige.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac
L'aéroport de Toulouse-Blagnac © XAVIER DE FENOYL/MAXPPP
Dans un communiqué le groupe CASIL Europe annonce être en négociations exclusives avec Eiffage pour la cession de sa participation de 49,99% du capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac.
Selon les termes de l'accord envisagé, précise le communiqué  "Eiffage s’engagerait à acquérir la totalité des actions détenues par CASIL Europe dans l’Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB), soit 49,99 % du capital."

Casil Europe affirme que son engagement, s'est "notamment traduit par une augmentation de près de +30% des flux de passagers, l’ouverture de 42 destinations supplémentaires et des investissements significatifs dans la modernisation et le développement de l’aéroport."
En novembre 2018, un rapport parlementaire avait cependant épinglé la gestion de l'aéroport, soulignant le manque d'investissements et la course effrénée aux dividendes.

Enfin le consortium chinois indique que l'accord avec Eiffage reste soumis "à l'issue positive du litige désormais porté devant le Conseil d'État, concernant la procédure de privatisation initiée en 2014."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente de l'aéroport toulouse-blagnac économie transports aériens polémique société