Agression d'une conseillère d’éducation : le personnel d'un collège de Toulouse attend toujours des mesures urgentes

Une partie du personnel d'un collège de Toulouse, où une conseillère principale d'éducation (CPE) a été frappée par des élèves le 22 septembre dernier, était en grève ce 6 octobre pour demander davantage de surveillants.

"Moins de surveillance, plus de violence" ou "Éducation formidable, mais moyens abominables", pouvait-on lire sur des banderoles déployées devant l'entrée du collège Stendhal, dans un quartier défavorisé de Toulouse. Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi 6 octobre 2022, une manifestation qui faisait suite à l'agression d'une fonctionnaire de l'établissement.

Le 22 septembre dernier, une CPE du collège Stendhal était tombée au sol en tentant de s'interposer entre deux élèves avant de se faire frapper, à coups de pied et de poing, par plusieurs collégiens.

Manque de moyens

"Il y a une dégradation du climat scolaire. Le nombre d'élèves du collège est passé de 320 à 580 en cinq ans et on n'a eu qu'un surveillant supplémentaire", explique Lionel Enjalran, l'un des professeurs grévistes. Sami Mecabih, 19 ans, surveillant au collège depuis février dernier, va dans le même sens. Le fait qu'il n'y ait eu depuis 2017 qu'une création de poste a rendu "la situation très problématique", estime-t-il.

L'établissement compte aujourd'hui l'équivalent d'une dizaine de surveillants et de deux CPE à temps plein. Les grévistes demandent la création d'un poste de CPE et de deux postes de surveillant supplémentaires. Selon Lionel Enjalran, 73% des enseignants étaient en grève jeudi, ainsi que la totalité des CPE et des surveillants.

Le rectorat "comprend l'inquiétude"

Dans une lettre ouverte au ministre de l'Education, Pap Ndiaye, le personnel gréviste affirme ne pas pouvoir "pallier plus longtemps un tel manque de moyens". Dans un texte transmis à l'AFP, l'inspecteur d'académie de la Haute-Garonne dit "comprendre l'inquiétude des personnels" et évoque "une violence endémique autour du collège". Les enseignants regrettent que leurs revendications "urgentes" ne soient pas prises en compte par le rectorat.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité