• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Airbus: la hausse de 2,6% des salaires en 2016 divise les syndicats

Le siège d'Airbus à Toulouse / © MaxPPP
Le siège d'Airbus à Toulouse / © MaxPPP

Trois syndicats représentatifs d'Airbus en France ont entériné un accord salarial prévoyant une enveloppe d'augmentation de 2,6% de la masse salariale pour 2016, identique à celle de 2015, a-t-on appris mercredi auprès du groupe. Deux autres syndicats minoritaires demandaient davantage 

Par VA.

Les trois principaux syndicats au sein de l'entreprise (FO, CFE-CGC et la CFTC) ont signé cet accord, contrairement aux organisations minoritaires, la CGT et la CFDT.

La proposition initiale de la direction était de 1,9% et elle a évolué à 2,3% puis 2,6% au fil des négociations, a indiqué Marc Jouenne, directeur des ressources humaines d'Airbus pour la France.

Le "contexte économique" est "un peu identique" à 2015, avec une "inflation quasi-nulle en France", a fait valoir Marc Jouenne. "C'est la même politique salariale, plutôt motivante et dynamique pour récompenser les efforts de nos salariés, à qui on demande de réaliser un nombre de livraisons conséquent", a-t-il affirmé.

Deux accords similaires ont été signés, pour les deux entités juridiques: Airbus Opérations (20.000 personnes à Toulouse, Nantes et Saint-Nazaire) et Airbus SAS (7.000 personnes à Toulouse).

Pour les non-cadres, le texte prévoit une augmentation générale de 0,5% avec un minimum de 20 euros. 2% de la masse salariale seront distribués de façon individuelle, avec un minimum de 45 euros. Enfin, 0,1% sera consacré à une garantie d'évolution pour les bas salaires.

Pour les cadres, toutes les augmentations sont individuelles. Elles représentent 2,5% de la masse salariale, avec un minimum de 100 euros, et 0,1% au titre du rattrapage de l'inflation pour ceux n'ayant pas eu d'augmentation en 2014 et 2015.

En 2012, 2013 et 2014, les accords conclus représentaient 3,4% de la masse salariale. Le représentant de FO à l'usine de Nantes, Michel Pontoizeau, s'est félicité d'un accord "tout à fait convenable", soulignant la distribution de 4.500 euros en moyenne d'intéressement et de participation.

La CGT (10,4% des voix), qui demandait 5% d'augmentation, a elle refusé de signer. Elle a regretté notamment l'attribution "individualisée" et non générale des primes. Dans un communiqué, la CGT a relevé une augmentation supérieure pour les salariés Airbus en Allemagne qui ont "obtenu 4,8% sur 21 mois (2,75% sur 1 an)".

"Le compte n'y est pas", a aussi réagi Michel Pierre, secrétaire CFDT d'Airbus SAS (15% des suffrages). "La politique salariale proposée n'est pas en ligne avec les résultats d'Airbus, et elle est décevante au niveau du partage des richesses", a-t-il poursuivi, évoquant les dividendes versées.

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus