• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Airbus n'a pas l'intention d'arrêter son programme A380

A380 / © AFP / Martin Bernetti
A380 / © AFP / Martin Bernetti

A l'occasion de la livraison du premier A350 à la compagnie Qatar Airways, lundi 22 décembre, le PDG d'Airbus a totalement exclu la possibilité d'arrêter la production de l'A380, estimant que l'avenir du super Jumbo n'était en rien compromis malgré l'absence de commandes depuis le début de l'année.

Par AFP

"Imaginer que nous puissions avoir à l'esprit d'arrêter l'A380 est tout simplement dingue", a déclaré lundi Fabrice Brégier à l'occasion de la livraison du premier exemplaire du dernier né, le long-courrier A350-900.
Il a admis que le défi était "clairement d'avoir plus de clients" mais il a estimé que le carnet de commandes était bien rempli.
Airbus tablait sur la vente de 30 A380 cette année et autant de livraisons. Mais seul l'objectif de livraison a été atteint à neuf jours de la fin de l'année.

Selon le PDG, le marché tend vers la demande de plus gros avions tels que l'A380 car le trafic aérien va doubler tous les quinze ans à l'échelle planétaire. Il a rappelé qu'une des options pour le rendre plus attractif auprès des compagnies restait de remotoriser cet avion pour le rendre plus économe en carburant, à l'instar du moyen-courrier A320neo (new engine option) et le long-courrier A330neo.

De son côté, le directeur général de Qatar Airways, Akbar al Baker, a souligné qu'il n'excluait pas de commander des exemplaires supplémentaires aux 14 déjà achetés.
"Qatar Airways (qui vient de recevoir trois appareils) est très satisfait de cet avion. Je ne vois pas ce qu'Airbus pourrait faire de plus. L'avion est très bien conçu", a-t-il déclaré.

Ces commentaires interviennent alors que des déclarations d'un dirigeant de la maison mère Airbus Group avaient été interprétées comme une possibilité d'arrêter le programme dès 2018 en l'absence de commandes cette année. Le cours du titre Airbus s'était effondré en Bourse les 10 et 11 décembre perdant près de 15% de sa valeur.

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus