Canal du Midi : à Gardouch pendant les travaux des péniches sont posées sur le fond

A Gardouch les péniches et bateaux posés sur le fond du canal sont solidement amarrés. / © Emmanuel Wat / FTV
A Gardouch les péniches et bateaux posés sur le fond du canal sont solidement amarrés. / © Emmanuel Wat / FTV

On appelle ça le "chômage". Chaque année le Canal du Midi est vidangé en hiver pour réaliser des travaux d'entretien. La plupart des biefs, entre 2 écluses, restent en eau pour le stationnement des bateaux. Mais d'autres, comme à Gardouch, choisissent de se poser au fond des biefs asséchés.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

Depuis le 4 novembre, et jusqu'au 24 décembre 2019 le Canal du Midi est en chômage. Tous les hivers, la navigation est totalement interrompue pendant plusieurs semaines.
Les personnels de VNF (voies navigables de France) sont au travail.
Entretien des écluses, réparations de certains ponts, maintenance et rénovation : les chantiers sont nombreux et des plus divers.
Pendant cette période, les mariniers choisissent pour la plupart de stationner leur péniche dans les biefs où un niveau minimum d'eau est conservé.
C'est aussi le cas pour la plupart des plaisanciers, propriétaires de bateaux habitables, et autres non-professionnels de la navigation.

Le bief de Gardouch à sec

Mais quelques uns font un tout autre choix : ils laissent leur péniche, ou leur bateau, se poser au fond des biefs asséchés.
Exemple à Gardouch, commune voisine de Villefranche de Lauragais.
Ici il a fallu mettre le bief totalement à sec pour entreprendre des travaux de vérification sur le pont-canal qui enjambe le ruisseau du Gardijol.
Certains mariniers posent délibérément leur péniche sur le fond du canal. / © Emmanuel Wat / FTV
Certains mariniers posent délibérément leur péniche sur le fond du canal. / © Emmanuel Wat / FTV

4 ou 5 péniches et plusieurs bateaux de plaisance ou autres embarcations, ont opté pour le stationnement sur place. Elles reposent sur le fond du canal, solidement amarrées pour conserver leur stabilité horizontale.

Il nous aurait suffi de passer une seule écluse pour rester en eau

explique Alain Huguet, marinier sur la péniche "La Réole".
En fait, pour beaucoup, c'est une façon de mettre leur embarcation en "cale sèche" pour y effectuer quelques travaux d'entretien, y compris sous la ligne de flottaison.
Des images que l'on peut voir aussi sur d'autres biefs vidangés du canal du midi ou du canal latéral à la Garonne.
La remise en eau progressive se fera à partir du jour de Noël.

Sur le même sujet

Les + Lus