Confinement : malgré l'interdiction de vendre des jouets, les commerces poursuivent leur activité

Depuis ce mercredi 4 novembre, la vente de jouets est interdite dans les rayons de grandes surfaces ou dans les commerces. A deux mois des fêtes de Noël, la filière s’organise pour maintenir son activité grâce au système click and collect.
 
Confinement : le magasin JouéClub de Portet-sur-Garonne met en place le "click and collect"
Confinement : le magasin JouéClub de Portet-sur-Garonne met en place le "click and collect" © Julie Valin/FTV
La vente de jouets, considérés comme produits "non essentiels", est désormais interdite. A deux mois à peine des fêtes de Noël, c’est un coup dur pour la filière. Un secteur déjà fragilisé par le confinement mais aussi par la crise des gilets jaunes et les manifestations contre la réforme des retraites.

La majorité des enseignes spécialisées réalise, entre novembre et décembre, 50 à 60 % du chiffre d’affaires annuel. Pour faire face à la situation, les indépendants comme les chaînes de magasins s’adaptent et s’organisent. La vente de jouets en drive ou "click and collect" a effectivement démarré. Pas besoin de tenter "l’Amazonie", explique Lorraine Nivelet, directrice des magasins JouéClub à Colomiers, Labège et Portet-sur-Garonne, "les magasins sont plus que jamais mobilisés pour répondre à la demande".

Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne, très souvent les petits commerces n’ont pas les mêmes moyens, les mêmes budgets pour communiquer.

Commandes par téléphone, drive, click and collect tous les moyens sont bons

Lorraine Nivelet, propriétaire de trois magasins JouéClub, ne baisse pas les bras. "Nous sommes une coopérative d’indépendants, nous bénéficions donc de moyens conséquents pour communiquer, très appréciables en ce moment".

Nos équipes sont mobilisées, personnes n’est au chômage partiel, nous devons être présents et réactifs, on réalise 70 % de notre chiffre d’affaires annuel entre novembre et décembre et aujourd’hui on a atteint seulement 20 % du chiffres d’affaires du mois de novembre 2019.

 

Confinement : click and collect, les enseignes spécialisées de jouets sont mobilisées pour les cadeaux de Noël
Confinement : click and collect, les enseignes spécialisées de jouets sont mobilisées pour les cadeaux de Noël © J.Valin/FTV

Réactivité et positionnement

"L’enseigne bénéficie d’un site internet très efficace, nous avons une page Facebook pour nos trois magasins, une heure seulement après la commande, les clients peuvent récupérer leurs jouets au drive du magasin. Nous sommes aussi réactifs pour les commandes par téléphone en livraison et paiement sur drive, très pratique pour ceux qui ont du mal avec internet", poursuit-elle.

On a perdu de la clientèle pendant la crise des gilets jaunes, une clientèle qui s’est tournée vers Amazon. On n’a pas envie que le scénario se répète, il faut montrer à notre clientèle que nous sommes sur le pont et que nous avons les stocks disponibles. Nous sommes là aussi pour faire vivre l’esprit de Noël.

Lorraine Nivelet, Responsable JouéClub Portet-sur-Garonne


Le magasin de jeux et jouets Oxybul à Toulouse a lui aussi démarré le "click and collect". Aurélie, la responsable, reste optimiste :

On a de bons outils de communication, nous avons contacté et informé toute notre clientèle et ça démarre vraiment pas mal aujourd’hui, le drive fonctionne bien. Il y  a une bonne dynamique, je crois que notre clientèle est prête à jouer le jeu et souhaite nous aider à passer le cap.


L’enseigne joue la carte de proximité et souhaite tirer son épingle du jeu grâce à un positionnement spécifique. "Nous sommes revendeurs et créateurs de jeux de 0 à 10 ans, nous avons une clientèle fidèle c’est une valeur ajoutée non négligeable en ces temps de crise", explique Aurélie.

Situation plus tendue pour la boutique de quartier

"Art et jeux" est une boutique indépendante. Installée à Toulouse depuis 38 ans, ce spécialiste de jeux de société vend aussi des jouets anciens en bois et des jeux de créateurs. Le système de "click and collect" est aussi activé mais aujourd’hui, au drive, les clients ne sont pas nombreux.
Il faut le temps d’informer la clientèle, explique Jules, un des vendeurs du magasin.

Aujourd’hui ça démarre très doucement, on effectue plus de ventes liées au confinement que des ventes de Noël. Il faut rafraîchir notre site internet, améliorer le référencement des produits en ligne pour les achats de Noël, j’espère que d’ici le premier décembre, cela fonctionnera mieux.

Concurrence rude des grandes surfaces

Les rayons jouets des grandes surfaces ne sont plus accessibles mais les enseignes contre-attaquent grâce au e-commerce. Carrefour ou encore Auchan développent le drive piéton ou les comptoirs placés à l’entrée des magasins, des parkings sont même prévus à cet effet.

Le secteur du jouet reste mobilisé et espère rouvrir le 12 novembre prochain. Des professionnels ont rencontré cette semaine le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Ils ont plaidé en faveur de la réouverture en "proposant des mesures concrètes pour renforcer les conditions sanitaires avec une jauge plus stricte ou un élargissement des plages horaires pour mieux lisser le flux".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 noël événements sorties et loisirs crise économique