Covid. Avec ou sans nouvelle restriction, la restauration et le secteur de l'événementiel se disent en danger

Publié le
Écrit par Xavier Marchand
Face à la cinquième vague de coronavirus, certains professionnels tirent déjà la sonnette d'alarme, avec des annulations en cascade dans l'événementiel et dans la restauration.
Face à la cinquième vague de coronavirus, certains professionnels tirent déjà la sonnette d'alarme, avec des annulations en cascade dans l'événementiel et dans la restauration. © Ftv

Jean Castex et Olivier Véran feront ce lundi 5 décembre le point après le Conseil de défense sanitaire. Face à la cinquième vague Covid, certains professionnels tirent d'ores et déjà la sonnette d'alarme, avec des annulations en cascade dans l'événementiel et dans la restauration.

L'entrée en vigueur du nouveau protocole sanitaire en entreprise et la récente prise de parole de la ministre du Travail, Élisabeth Borne, qui déconseille les moments de convivialité entre collègues, n’arrangent pas le climat des affaires des professionnels de l’événementiel.

Les producteurs d'événements, de spectacles mais aussi de la restauration enregistrent annulation sur annulation à trois semaines des fêtes de Noël. Les repas de groupes, les spectacles de fin d’année ou les arbres de Noël sont décommandés par les entreprises.

Stephane Fauré est producteur de spectacles et d'événements, il est artiste et gérant du cabaret Le Robinson près de Toulouse et en ce moment, il "subit des annulations en cascade, avec beaucoup d'annulations de groupes".

Des annulations pour leurs spectacles mais aussi des productions prévues pour les fêtes de fin d'années.

Tous les jours, des événements que l'on devait produire pour des municipalités ou de grosses entreprises s'annulent du fait de la crise sanitaire ou pour ne pas mettre en péril la santé de leurs salariés et administrés.

Stéphane Fauré, producteur de spectacle cabaret Le Robinson

 

"On a l'impression d'être les dindons de la farce"

Les contraintes sont là depuis le début de la crise et les professionnels du spectacle, comme Stéphane Fauré , ont tout mis en place mais cela ne suffit pas.

Depuis le début de cette crise sanitaire, nous avons mis en place et respecter le cahier des charges pour la sécurité sanitaire des spectateurs. Tout ce que l'on nous a demandé, on l'a mis en place, le cahier de rappel, le pass sanitaire, le masque. On met tout en place pour respecter les règles et d'un seul coup tout peut être annulé. On a l'impression d'être les dindons de la farce.

Stéphane Fauré, producteur de spectacle cabaret Le Robinson

Dans la restauration, c'est la même histoire, tous les quatre mois, la situation change et le moral est au plus bas. D'après Thomas Fantini du restaurant La Pergola à Toulouse, la situation est dramatique.

La situation est dramatique depuis l'annonce de la ministre du travail Elisabeth Borne. Aujourd'hui, c'est plus de 50% d'annulation sur l'événementiel en traiteur, mais aussi pour la restauration avec les groupes. On a vraiment de grosses pertes.

Thomas Fantini, La Pergola

Thomas Fantini estime que le secteur "ne tiendra pas s'il n'y a pas de soutien rapide. Aujourd'hui, toute une profession peut disparaître en quelques mois".

On est les premiers à subir la vague d'annulation. On est en grande difficulté, financièrement, on n'a pas réussi à remettre nos comptes d'aplomb, du coup on revient dans une zone très délicate, dans le rouge.

Thomas Fantini, La Pergola

 

En attendant l'issue du conseil de défense sanitaire, les professionnels du secteur de la restauration et de l'événementiel réclament le retour du fonds de solidarité et du chômage partiel. Mais aussi les exonérations de charges et le report des prêts garantis par l'État car leurs difficultés ne font peut-être que commencer.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.