Covid : un test sérologique facile d'usage à seulement 0,3 centimes d'euros créé à Toulouse

Un chercheur toulousain de l'Inserm vient de créer en collaboration avec l'université d'Oxford un nouveau test sérologique pour détecter les anticorps du Sars-Cov2. Un test plus simple à produire, plus facile à utiliser et moins cher que les tests classiques.

Le chercheur toulousain Etienne Joly de l'Inserm vient de créer un nouveau test sérologique avec l'université d'Oxford
Le chercheur toulousain Etienne Joly de l'Inserm vient de créer un nouveau test sérologique avec l'université d'Oxford © FTV/ Juliette Meurin

Etienne Joly, chercheur toulousain à l'Inserm, a développé avec un chercheur d'Oxford un nouveau test sérologique pour détecter les anticorps du Sars-Cov2. Un test qui permettra de mieux suivre la pandémie de Covid 19.

L' Institut national de la santé et de la recherche médicale parle d'un test très fiable, bon marché et ne nécessitant aucun matériel spécifique. Il pourrait en outre être utilisé à grande échelle, notamment dans les pays aux faibles ressources.

Dans un communiqué, l'Inserm explique qu'Etienne Joly a élaboré un test reposant sur l’utilisation d’un seul réactif, "qui provoque l’agglutination des globules rouges en présence d’anticorps spécifiques du Sars-CoV2".

Une goutte de sang suffit, des résultats à l'oeil nu

Concrètement il suffit de prélever un peu de sang, au bout du doigt par exemple, comme le font les diabétiques pour mesurer leur glycémie, et apposer ensuite un réactif sur le sang prélevé. Le réactif se fixe sur les globules rouges. Si des anticorps anti-Sars-CoV2 sont présents, le réactif et les anticorps forment alors "un amas" comme on peut le voir sur cette photo.

Il suffit de prélever un peu de sang au bout du doigt par exemple et apposer un réactif pour obtenir un résultat.
Il suffit de prélever un peu de sang au bout du doigt par exemple et apposer un réactif pour obtenir un résultat. © Juliette Meurin - FTV

"Cette agglomération révèle donc une infection récente ou passée au Sars-CoV2. Les résultats peuvent se lire à l'oeil nu", conclut l’Inserm.

Un test à 0,30 centimes d'euros

Au-delà d'un procédé simple d'usage, le réactif est par ailleurs facile à produire et à transporter puisque son approvisionnement se fait sous forme lyophilisée et ne nécessite aucune réfrigération. Surtout son coût de production est dérisoire, le test est évalué à 0,3 centimes d'euros l'unité.

Selon l’Inserm, ce nouveau test sérologique présente une sensibilité de 90 %. "Cela signifie que sur 100 personnes ayant des anticorps, le test n’en détectera que chez 90 d’entre elles", détaille l’Inserm. Etienne Joly travaille donc à améliorer cette sensibilité.

Vers un dépistage d'autres maladies ?

Autre avantage considérable, ce test pourrait être détourné pour dépister d’autres maladies, mais aussi les variants du Covid-19.

Il sera possible de s’attaquer au dépistage d’anticorps dirigés contre les formes variantes du virus, ou d’autres pathogènes, tels que le VIH,

explique le chercheur toulousain Etienne Joly.

Pour le moment les scientifiques mettent ce test sérologique à la disposition des laboratoires de recherche intéressés, afin de les aider dans leurs travaux pour mieux comprendre la dynamique de l’épidémie de Covid-19. Mais il pourrait très vite aider à mieux suivre la progression de la pandémie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche culture sciences covid-19 santé société