Covid : une ville du nord de Toulouse recycle 20 000 masques usagés en équerres, règles et rapporteurs pour ses écoliers

La ville de Saint-Jory (Haute-Garonne), au nord de Toulouse, a récupéré 20 000 masques usagés qu'elle a transformés en règles, équerres, rapporteurs. Ce matériel sera distribué à environ 300 écoliers de la commune. Une solution pédagogique face au problème des masques jetés sur la voie publique.

Depuis un an, c'est devenu une véritable difficulté. Avec la crise du covid, les masques usagés se ramassent à la pelle sur la voie publique, dans les parcs, les forêts. "Avant nous avions les sachets de Mac Do que nous retrouvions n'importe où. Ils ont été remplacés par les masques chirurgicaux notamment à la sortie des supermarchés où les clients une fois leurs courses faites, rangent leur caddie et jettent leurs masques par terre sans se poser de questions" constate Thierry Fourcassier, maire de la ville de Saint-Jory (Haute-Garonne), au nord de Toulouse.

20 000 masques usagés récupérés et recyclés

Mais la petite commune a trouvé la solution à cet épineux problème : une société du nom de Plaxtil spécialisée dans le recyclage des masques chirurgicaux et installée à Châtellerault (Vienne). "En récupérant le plastique s'y trouvant, cette entreprise fabrique des cintres, des cendriers de plage, en équerres, rapporteurs ou règles" explique l'élu.

Plusieurs bornes de collectes ont été installées à Saint-Jory, au cours des dernières semaines, dans les écoles publiques et privées, dans les locaux de la mairie, dans les commerces. Au total, 20 000 masques usagés ont été récupérés. Et c'est presque naturellement que le choix du maire, professeur de physique chimie "dans le civil", s'est porté sur le "kit scolaire".

Une opération utile et pédagogique

Lors de la prochaine rentrée scolaire, l'ensemble de ce matériel sera distribué aux 290 élèves des classes de CM1 et CM2 de la commune. "C'est une opération assez fun, estime Thierry Fourcassier. Cela permet de faire quelque chose d'utile et de pédagogique. C'est un moyen de sensibiliser les plus jeunes à ces questions d'environnement et de recyclage."

Coût de l'opération : 4 200 euros. La mairie ne souhaite pas en rester là et envisage d'autres projets de recyclage : des cendriers portables à distribuer sur la plage du lac de la commune ou des cintres pour les enfants des écoles maternelles. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement covid-19 santé société