Confrontée à la colère des gardiens de prison, la ministre de la Justice, la Toulousaine Nicole Belloubet, n'avait certainement pas besoin de cela : Le Figaro a remarqué que plusieurs ministres avaient fait de substantielles modifications dans leur déclaration de patrimoine, rendue obligatoire depuis l'affaire Cahuzac. Parmi ceux-ci : le ministre de l'écologie Nicolas Hulot, mais aussi donc la Garde des Sceaux. 

Une simple comparaison entre la déclaration initiale de la ministre, déposée le 6 août 2017 devant la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) et la rectification déposée le 1er décembre 2017, permet de voir que Nicole Belloubet avait "omis" trois biens immobiliers : 
  • une maison de 184 m2 dans l'Aveyron (quote part détenue de 50 % estimée à 72 000 euros)
  • un appartement de 61 m2 à Paris (quote part 50 % estimée à 217 000 euros)
  • un second appartement de 32 m2 à Paris (quote part de 37,5 % estimée à 47 000 euros)
Soit une valeur vénale de plus de 330 000 euros, qui ne figurait pas sur la déclaration de la ministre qui ne parlait en août dernier que de sa maison de Toulouse, d'une autre dans le 78 et d'un appartement dans le Vaucluse.