"Don Pasquale" de Donizetti emporte le Capitole de Toulouse

Jusqu'au 30 avril, l'opéra "Don Pasquale" de Donizetti triomphe au Théâtre du Capitole de Toulouse, dans une nouvelle mise en scène de Stéphane Roche qui fait ressortir avec subtilité toutes les nuances voulues par le compositeur italien.

Don Pasquale est en représentation jusqu'au 30 avril au théâtre du Capitole
Don Pasquale est en représentation jusqu'au 30 avril au théâtre du Capitole © F3 Midi-Pyrénées
Sur le fil du rasoir entre drame et comédie, l'opéra "Don Pasquale" de Donizetti triomphe au Théâtre du Capitole de Toulouse, dans une nouvelle mise en scène de Stéphane Roche servie par une distribution magistrale qui fait ressortir avec subtilité toutes les nuances voulues par le compositeur italien. (voir notre reportage ci-dessous))

L'oeuvre, un "drame bouffe" qui oscille constamment entre la cruauté moqueuse et le ridicule risible, relate le choc des générations entre un oncle, Don Pasquale, et son neveu Ernesto, avec pour médiateur un ami de la famille, le docteur Malatesta qui les réconciliera autour de la belle Norina. 

Stéphane Roche a replacé l'action de cet opéra dans les années 1960, une époque charnière selon lui entre "les restes d'un XIXe à jamais perdu" et "notre monde moderne qui émerge avec fracas dans les années 70". Le metteur en scène joue de cette opposition dans les décors, entre la belle demeure surannée de Don Pasquale et les scènes de rue de la Rome des "sixties", avec des références à la Dolce Vita, comme la Vespa.

Il est également constamment en équilibre entre dramatique et comique, très bien servi par la distribution. Roberto Scandiuzzi (Italien, basse) interprète avec beaucoup de sensibilité le rôle de Don Pasquale, faisant ressentir tour à tour le ridicule, l'émotion, la douleur du personnage. En docteur Malatesta, le baryton uruguayen Dario Solari joue l'entremetteur avec intelligence et faconde, soutenu dans ses oeuvres par la soprano Jennifer Black en Norina. Le rôle du neveu Ernesto est confié dans cette distribution au ténor argentin Juan Francisco Gatell.

L'Orchestre du Capitole, sous la direction musicale du chef italien Paolo Olmi, sert avec finesse la partition de Donizetti dont l'opéra avait reçu un triomphe lors de sa création en 1843 au Théâtre Italien de Paris.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter