• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Freescale : une centaine d'anciens salariés déboutés aux Prud'hommes

Les anciens salariés de Freescale devant le conseil des Prud'hommes de Toulouse. / © Anissa Harraou / France 3 Midi-Pyrénées
Les anciens salariés de Freescale devant le conseil des Prud'hommes de Toulouse. / © Anissa Harraou / France 3 Midi-Pyrénées

97 anciens salariés de Freescale poursuivaient leur ancien employeur devant le conseil des Prud'hommes de Toulouse pour faire reconnaître leur licenciement comme abusif. Ils ont été déboutés jeudi.

Par Laurence Boffet

Les anciens salariés de Freescale ont perdu une bataille contre leur ancien employeur. Le conseil des Prud'hommes de Toulouse a refusé de reconnaître jeudi que leur licenciement en 2012 était illégal. Amers devant le conseil des Prud'hommes de Toulouse mais bien décidés à poursuivre leur combat pour "une justice humaine", ils ont décidé de faire appel.

Ancien site Motorala, l'usine Freescale de Toulouse était spécialisée dans la production de composants et de puces électroniques. Sa direction américaine avait décidé en 2009 de fermer son site de production jugé obsolète. Il employait alors 821 salariés. Plus de 300 sont partis volontairement et 500 ont été licenciés en 2012. Une centaine conteste depuis ces licenciements, sans motifs économiques, alors que l'usine faisait des bénéfices. Ils n'ont pas été entendus en première instance par le Conseil des Prud'hommes dont ils dénoncent la décision. "Pendant toutes ces années, on a réalisé des bénéfices" martèle Eric Hirson, ancien délégué syndical CGT, "on sait aujourd'hui que si l'entreprise a fermé, c'était pour que la mariée soit plus belle, pour faire une fusion avec une autre entreprise, on sait ce qui s'est passé. Ces licenciements sont illégaux".

Voyez ici les explications d'Anissa Harraou :
97 anciens salariés de Freescale déboutés aux Prud'hommes
Licenciés en 2012, 97 salariés de Freescale avaient déposé plainte pour licenciement abusif. Ils ont été déboutés de leur demande. Ils dénoncent une décision qui favorise le patronnat.  - Anissa Harraou / Laurence Boffet
Ce jugement sera également évoqué sur l'antenne de France 3 Midi-Pyrénées dans l'émission La voix est libre diffusée samedi à 11h30. Intitulée "Emploi : la loi du marché ?", elle évoquera la conjoncture économique et la stratégie de certains grands groupes mondiaux dans un climat social de plus en plus tendu. Eric Hirson sera présent sur le plateau ainsi que Jean-Marc Denjean, avocat des salariés de l'usine Molex et dont le cabinet représente également les anciens salariés de Freescale.

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus