Haute-Garonne : six personnes interpellées pour escroqueries en bande organisée

Publié le
Écrit par Marie Martin
Les perquisitions réalisées pendant la garde à vue ont permis de saisir 3 200 euros en espèces, du mobilier de prix, des œuvres d'art, des bijoux et des chèques.
Les perquisitions réalisées pendant la garde à vue ont permis de saisir 3 200 euros en espèces, du mobilier de prix, des œuvres d'art, des bijoux et des chèques. © Brigade de recherches de la gendarmerie de Muret

Le 24 novembre, les enquêteurs de la brigade de recherches de la gendarmerie de Muret, près de Toulouse, ont procédé à l'interpellation de six personnes soupçonnées de vols, d'escroqueries et de blanchiment en bande organisée dans le département de la Haute-Garonne.

C'est une équipe "très structurée", selon les mots du Parquet de Toulouse, qui a été démantelée, mercredi 24 novembre 2021, par les enquêteurs de la brigade de recherches de la gendarmerie de Muret (Haute-Garonne).

Six personnes, trois hommes et trois femmes, âgés entre 20 et 35 ans, ont donc été interpellées dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte des chefs d'escroquerie en bande organisée et blanchiment, au préjudice du gérant d'une société de monnaie virtuelle. Une enquête conduite avec le concours du groupe Cyber de la section de recherches de la gendarmerie de Toulouse. 

Arnaque à la monnaie virtuelle

Tout a commencé par le dépôt de plainte d'un dirigeant d'entreprise de la région. L'homme avait été en relation avec un individu se disant intéressé par l'achat de monnaie virutelle. Cette personne vend à la victime un véhicule Mercedes C63 pour un montant de 61 000 euros qui devaient être payés en bitcoins, selon les informations communiquées par le Parquet de Toulouse, vendredi 26 novembre. Un premier paiement d'un acompte de 28 000 euros est effectué par l'acheteur, très rapidement converti en monnaie scripturale par le vendeur. 

"Dans l'attente de la livraison du véhicule et après avoir payé cette partie du prix, l'acheteur se voyait remettre à titre de garantie, un véhicule Volkswagen Golf 8 neuf : cependant, ce véhicule lui était volé deux jours plus tard", explique le Parquet de Toulouse dans son communiqué.

Au final, le véhicule en partie payé n'a jamais été livré et l'acheteur a fini par comprendre l'escroquerie dont il avait fait l'objet.

Des commerces victimes dans deux départements

Les investigations des enquêteurs ont permis de mettre au jour une organisation familiale et de nombreux autres faits d'escroquerie au préjudice de commerces de la région, notamment dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Mais le modus operandi n'était pas toujours le même : cette fois, les voleurs se présentaient dans des magasins très peu de temps avant la fermeture, achetaient des objets de prix qu'ils retiraient rapidement, avant que les commerçants ne s'aperçoivent du caractère frauduleux du paiement.

Cette équipe très structurée aurait vraisemblablement commis plusieurs autres escroqueries au préjudice de commerces de la région pour un préjudice total de 128 000 euros.

Le Parquet de Toulouse

Des perquisitions fructueuses

Les perquisitions réalisées pendant le temps de la garde à vue ont permis la saisie de 3 200 euros en espèce, de mobilier de prix, de bijoux, de chèques ainsi qu'un véhicule quasi neuf. "Une saisie de 23 000 euros en bitcoins est en cours", toujours selon les informations du Parquet de Toulouse. 

Les six personnes interpellées ont été déférées devant un juge d'instruction vendredi 26 novembre. Le Parquet a demandé leur mises en examen pour escroqueries en bande organisée, blanchiment, recel d'escroqueries en bande organisée, usurpation d'identité et de plaques d'immatriculation et le placement en détention pour quatre d'entre elles, déjà connues de la justice.
L'enquête se poursuit désormais sous la direction du juge d'instruction.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.