• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Inventaire avant destruction du stock d'ivoire du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse

Des pièces d'ivoire saisies par les douanes / © AFP
Des pièces d'ivoire saisies par les douanes / © AFP

Le Muséum d'histoire naturelle de Toulouse vient de commencer l'inventaire du stock d'ivoire déposé sur place au fil des ans à titre conservatoire par les douanes. Après identification, grâce à une technique de marquage par laser mise au point au muséum, l'ivoire illicite sera brûlé.

Par Vincent Albinet

A la demande du ministère de l'écologie et du développement durable, le Muséum d'histoire naturelle de Toulouse a commencé à recenser la dizaine de caisses d'ivoire entreposées sur place à titre conservatoire par les douanes. Et tout ivoire qui ne présente pas de valeur scientifique ou patrimoniale sera concassé puis brûlé, comme l'avait été en février 2014 le stock de 3 tonnes d'ivoire illicite saisi en région parisienne entre 1987 et 2007. Dans le but de décourager le trafic international pour préserver des espèces animales désormais en danger de disparition.

L'ivoire stocké au Muséum de Toulouse provient essentiellement des saisies effectuées ces dernières années par les douanes régionales, le commerce international de l'ivoire étant interdit depuis la "Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction" (CITES) en 1973, dite convention de Washington. Malgré cette règlementation, un gigantesque et très lucratif marché international, notamment à destination de la Chine, continue de décimer les populations d'éléphants et de rhinocéros africains. Plus de 30.000 éléphants sont ainsi massacrés chaque année.
La défense d'éléphant du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse qui a servi à la mise au point d'un procédé de marquage au laser / © Michel Blasco/France 3 Midi-Pyrénées
La défense d'éléphant du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse qui a servi à la mise au point d'un procédé de marquage au laser / © Michel Blasco/France 3 Midi-Pyrénées

Les pièces d'ivoires confisquées en région Midi-Pyrénées seront d'abord datées grâce à un procédé allemand, puis marquées au laser grâce cette fois à un procédé mis au point sur un ivoire d'éléphant au Muséum de Toulouse sous l'égide de la directions régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL).   

A la suite de cet inventaire demandé au muséum de Toulouse et aux autres muséum régionaux français, les stocks d'ivoire illicite seront détruits. Une destruction qui s'inscrit dans un mouvement mondial, notamment en France, aux Etats-unis, en Chine ou encore au Kenya, au Gabon, ou encore aux Philippines. Signe d'une prise de conscience planétaire de l'urgence de faire cesser le le trafic d'ivoire.

En vidéo, le reportage de Luc Truffert et de Denis Hemardinquer :

Ivoire du Muséum : inventaire avant destruction








Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus