"Je suis très inquiet" : à Toulouse, des milliers de personnes disent non à l'antisémitisme

#JEDISNON Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mardi soir à Toulouse après les actes antisémites successifs qui se sont déroulés en France. 

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Toulouse au pied du Mémorial de la Shoah.
Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Toulouse au pied du Mémorial de la Shoah. © F. Valéry / France 3
Non à l'antisémitisme. A l'appel de plusieurs partis politiques, élus, représentants des cultes et anonymes se sont rassemblés ce mardi soir à Toulouse, au pied du mémorial de la Shoah. 

Rassemblés, debout, pour dire "non" à l'antiséminitisme en France, ils ont notamment entonné La Marseillaise avant de rester là, de longues minutes pour partager leurs peines, leurs angoisses ou leurs inquiétudes.

Je suis très inquiet, confie un homme d'une soixantaine d'années. En France, nous avons la chance d'avoir la République comme recours contre l'antisémitisme, contre la barbarie. Mais si la digue lâche, que va-t-il se passer ?

Un rassemblement qui intervient quelques jours après les actes qui se sont succédés : croix gammées sur le visage de Simone Veil peint par l'artiste C215 à Paris, les arbres du souvenir d'Ilan Halimi coupés, les injures envers le philosophe Alain Finkelkraut en marge de la manifestation parisienne des Gilets Jaunes samedi...

Et puis, ce jour même, plus de 80 tombes d'un cimetière juif ont été profanées, marquées de croix gammées, dans la commune de Quatzenheim dans le Bas-Rhin. 

Au-delà de la communauté juive de Toulouse, déjà touchée par les attentats commis dans la ville rose par Mohammed Merah en 2012, de très nombreux Toulousains ont voulu ce mardi soir témoigner de leur inquiétude mais aussi de leur confiance dans les institutions pour luttre contre ce fléau. 

Pour le président du Crif, Franck Touboul, certains juifs de Toulouse sont même contraints de déménager en raison d'un "voisinage hostile" : 

On pourrait imaginer qu'à Toulouse nous soyons un peu préservés de cette vague d'antisémitisme mais il n'en est rien et nous connaissons parfois depuis de très nombreuses années, avant le début des manifestations des Gilets jaunes, même s'il y a une différence entre le mouvement des Gilets jaunes tel qu'il s'est constitué au début et la façon dont il a été récupéré, dévoyé, instrumentalisé, nous connaissons donc à Toulouse beaucoup d'actes antisémites, beaucoup de paroles qui se libèrent, y compris des gens qui doivent déménager parce que leur voisinage leur est de plus en plus hostile. Et malgré toutes les épreuves, je me félicite de cette mobilisation" (Franck Touboul, président du CRIF Toulouse-Midi Pyrénées)

Un rassemblement suivi en direct vidéo sur notre page facebook : 

Deux heures auparavant, à l'appel de certains Gilets jaunes, un rassemblement d'une cinquantaine de personnes avait eu lieu place du Capitole pour dénoncer le racisme et condamner les violences. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société