• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'absentéisme du personnel des écoles dans le collimateur de la mairie de Toulouse

Photo d'illustration / © MaxPPP
Photo d'illustration / © MaxPPP

Soulignant que l'absentéisme est "50 % supérieur aux autres services de la mairie" pour les personnes ATSEM des écoles maternelles, le maire de Toulouse a annoncé un vaste chantier "pour y remédier". 

Par Fabrice Valery

L'absentéisme des personnels des écoles maternelles (ATSEM) est à Toulouse de 13 % contre 8,5 % pour le reste du personnel municipal a indiqué Jean-Luc Moudenc, le maire LR de Toulouse, lors de sa conférence de presse-bilan de ses deux ans de mandature, indiqué qu'il avait demandé à son adjointe chargée des affaires scolaires "d'y remédier". 

50 % de plus que dans les autres services

Jean-Luc Moudenc a insisté sur le fait que l'absentéisme des ATSEM était "de 50 % supérieur à celui des autres services municipaux", a indiqué qu'une étude était en cours et que de décisions seraient prises. Il a aussi dénoncé les postures partisanes sur ce sujet, "notamment de la FCPE", rappelant que l'éducation est l'une de ses priorités. 

La pyramide des âges

L'adjointe au maire chargée des affaires scolaires Marion Lalanne de Laubadère confirme que le mairie "travaille sur l'absentéisme dans les écoles", qui selon elle s'explique en partie par "la pyramide des âges : nous avons des ATSEM plutôt âgées qui souffrent par rapport aux postures de travail et d'autres plus jeunes qui partent en congés maternité"

Des formations en sophrologie

Pour la mairie, plusieurs solutions doivent être enclenchées. Un plan de 2 millions d'euros a été engagé "pour le confort des agents" a indiqué Marion Lalanne de Laubadère avec des formations notamment en sophrologie. Elle indique travailler aussi à une charte des métiers, "de manière participative" avec les syndicats notamment. 
Jean-Luc Moudenc propose même qu'une étude de "benchmark" soit menée pour comparer la situation de Toulouse dans ce domaine avec les autres villes de la même importance. 

Le problème des effectifs

Pour la ville de Toulouse, le problème ne se situe pas au niveau des effectifs. "Il y a toujours un adulte par classe en maternelle en plus de l'enseignant" affirme l'adjointe au maire qui indique que 70 embauches ont eu lieu dans le secteur scolaire à la rentrée 2015 et une centaine début 2016. Jean-Luc Moudenc affirme pour sa part que les affaires scolaires (comme la petite enfance et la sécurité) ne sont pas concernées par le non-remplacement de tous les départs en retraite.
Enfin, la mairie se dit sensible aux réactions des parents de certaines écoles qui s'insurgent contre le manque de personnels mais met aussi en avant la forte croissance démographique de Toulouse (1500 enfants supplémentaires dans le primaire à la rentrée 2015). 

Sur le même sujet

Sensibilisation à la sécurité routière à Nîmes

Les + Lus