Le Museum national d’Histoire Naturelle de Paris préconise de lâcher a minima 6 ourses dans les Pyrénées

Sur cette image, un ours (indéterminé) soulage ses démangeaisons en se frottant énergiquement contre un arbre / © O.N.C.F - Pascal Boullenger
Sur cette image, un ours (indéterminé) soulage ses démangeaisons en se frottant énergiquement contre un arbre / © O.N.C.F - Pascal Boullenger

Les conclusions du rapport commandé par le Ministère de l'écologie au Muséum national d'Histoire Naturelle de Paris préconisent le lâcher à courte échéance de 6 ourses dans le massif des Pyrénées.

Par Emmanuelle Gayet

Le rapport commandé en Mai dernier par le ministère de l'écologie permettrait entre autres éléments au ministre Philippe Martin de déterminer les grandes lignes du futur "plan ours". 

Les préconisations du rapport du Muséum national d'Histoire Naturelle 

Afin d'étayer leurs propositions, les experts du muséum ont fait le constat que :

  • l’ours brun n’a écologiquement aucun impact négatif sur l’écosystème pyrénéen, faune comme flore. Il y a donc toute sa place.
  • l’état de conservation de l’espèce est jugé « Défavorable inadéquat » en regard des critères fixés par la Directive Habitats
Il rappelle que la directive en question impose aux Etats membres "de maintenir les populations d’ours bruns dans un état de conservation favorable", et que pour favoriser sa conservation, certaines actions sont nécessaires

  • « la non-intervention maximise les risques encourus pour le maintien de l’espèce dans les Pyrénées puisqu’elle cumule à la fois les risques démographique et génétique pour les deux noyaux de la population ».
  •  préconise le lâcher rapide, simultané et rapproché d’à minima « 4 femelles en Pyrénées occidentales et 2 femelles (pleines) en Pyrénées centrales ».
  • prévient que « tout retard nécessitera une probabilité d’intervention ultérieure beaucoup plus importante ».
Fortes de ces nouveaux arguments, les associations Ferus et Pays de l’Ours-Adet demandent au Ministre de l’Ecologie de lancer la préparation du nouveau "Plan ours" sans délai afin de tenir son engagement.
Elles invoquent également le risque pour "la France qui prétend être exemplaire en matière de biodiversité " d’être traduite devant la Cour de justice Européenne pour non respect de la directive habitats.

Une annonce qui devrait faire l'effet d'une bombe chez les anti-ours.

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus