Le Poney Club remet le son à Toulouse avec Fatboy Slim et Bob Sinclar et affirme être en conformité par rapport aux nuisances

Publié le Mis à jour le
Écrit par Benoît Roux

C'est une guinguette éphémère qui s'installe depuis 3 étés à Toulouse. Le Poney Club se prépare à accueillir artistes et fans de soirées DJ et électro. Les riverains se plaignent mais le gérant du lieu affirme être dans la conformité par rapport aux nuisances sonores.

Dans quelques jours, les abords de l'hippodrome de la Cépière de Toulouse seront en mode estival. La 3e édition du Poney Club prendra place pendant 3 mois pour du son électro envoyé par les artistes. L'an dernier, de nombreux riverains se sont plaints des nuisances engendrées par l'événement.  

4 shows par semaine et 2 limiteurs pour contrôler le son

Le Français Bob Sinclar, ou l'Anglais Fatboy Slim auteur du tube "Right here, right now" prendront place pour annoncer l'été toulousain.

Une programmation DJ/Electro pour tous les âges avec 4 shows par semaine au lieu de 5 l'an dernier. "Nous avons supprimé celui du dimanche, reconnaît Amine Britel à l'initiative de cet événement musical et gérant du lieu. C'est une journée qui est plus calme, plus familiale, nous n'avons pas voulu qu'on nous reproche de faire du bruit. Nous ne sommes pas là pour envoyer du son fort. On fait le maximum pour que tout fonctionne."

Comme un gage de bonne volonté par rapport aux opposants. L'organisateur ne veut pas que l'on dénomme cette manifestation un festival mais une "guinguette avec de la musique".

Chaque soir, ils sont 1500 environ à venir voir les artistes en plein air. Ce qui génère forcément du bruit. L'an dernier, les riverains ont fait un référé contre cet événement.  Une décision que comprend parfaitement la mairie par la voix de Sacha Briand, adjoint au maire de Toulouse. "Ils ont engagé à juste titre une procédure judiciaire contre l'exploitant car il y a eu des nuisances inacceptables. Ceci a permis de constater ces nuisances. Il est hors de question que ce qui a été relevé l'an dernier se renouvelle cette année."

Une expertise acoustique a été demandée. "Nous avons eu un problème sur le limiteur, une instruction est en cours. La société qui nous l'a installé s'est retournée contre le fabricant. Nous avons changé ce limiteur et nous allons même en installer 2 : 1 pour le son public et 1 pour les retours DJ. Ils sont plombés, infalsifiables et nous sommes contrôlés régulièrement. Nous avons fait des essais depuis l'an dernier. Le bruit résiduel du lieu se situe à 45 décibels en moyenne. Nous sommes à 30-35 décibels."   

Mais selon l'adjoint au maire de Toulouse Sacha Briand, "l'expertise a révélé que les dispositifs de contrôle du son ont été volontairement déconnectés."

Un changement d'orientation de la scène

Les organisateurs n'ont pas fait que changer le limiteur. Ils se sont appuyés sur l'expertise à 2 entités différentes. Du coup cette année, la scène ne sera plus orientée vers la résidence Enghin qui jouxte l'hippodrome et où se trouvent la plupart des résidents qui se plaignent des nuisances. Elle sera dirigée vers la rocade et les parkings. "Nous avons testé plusieurs scénarios. L'expertise a été envoyée au maire de Toulouse, aux riverains et aux avocats. On a essayé de les rassurer. Le rapport dit clairement que cette solution ne gêne personne. De toute façon, la mairie a été claire : nous allons être contrôlés souvent. S'il y a un problème, on ferme."

L'an dernier, le Poney Club a été organisé dans l'urgence, avec un feu vert de dernière minute à cause de la pandémie de Covid. Une bâche avait été placée pour réduire les nuisances : pas vraiment efficace selon les riverains. Alors cette année, les organisateurs tentent de nouvelles solutions. Les portes ouvriront une heure plus tard à 18h. Sitôt le concert fini, le son sera réduit.

25 salariés travaillent sur ce lieu, sans compter la quinzaine de foodtrucks et les personnes pour assurer la sécurité. Tout ce monde sera sur le pont le 18 juin. Près de 45 000 personnes sont attendues durant les 3 mois. Les riverains tendent déjà l'oreille.