Les intermittents provoquent l'annulation d'un spectacle à Toulouse

Quelque 200 intermittents du spectacle ont occupé vendredi soir la Halle aux Grains de Toulouse et provoqué l'annulation du concert de musique classique qui y était programmé

Dans l'après-midi, les intermittents du spectacle avaient manifesté dans les rues de Toulouse en traînant des chaises vides pour dénoncer l'accord du 22 mars sur les nouvelles règles d'indemnisation des chômeurs
Dans l'après-midi, les intermittents du spectacle avaient manifesté dans les rues de Toulouse en traînant des chaises vides pour dénoncer l'accord du 22 mars sur les nouvelles règles d'indemnisation des chômeurs © Max PPP
Les intermittents sont entrés dans la salle municipale La Halle aux Grains peu avant 18H00 pour protester comme ils l'ont fait à plusieurs reprises ces dernières semaines à Toulouse contre la réforme de leur régime d'indemnisation chômage.

La Halle aux Grains, salle de concert symphonique d'une capacité de 2.200 places, devait accueillir dans la soirée un concert de l'orchestre symphonique de Paris sous la direction du chef estonien Paavo Järvi.

Mais les protestataires se sont enfermés dans la salle et les spectateurs qui sont arrivés pour assister au concert ont trouvé porte close et ont dû rebrousser
chemin. Certains d'entre eux étaient très mécontents.

Voir le reportage de Corinne Carrière et de Laurence Boffet :

durée de la vidéo: 01 min 55
Les intermittents occupent la Halle aux Grains




Vers 21h00, les abords de la salle étaient calmes. Les manifestants avaient quitté le lieu.
Dans un communiqué,  la Coordination des intermittents et précaires de Midi-Pyrénées explique que le concert était organisé par l'association du "Cercle de l'orchestre national de Paris" dont le président, Denis Kessler, est l'ancien vice-président du Medef".

"Nous tenons à vous informer que le Cercle National de Paris est soutenu financièrement par de grands mécènes du CAC 40 qui siègent au Medef et sont décideurs de notre avenir professionnel, de nos droits sociaux et des caisses de solidarité qui le garantissent", ont ajouté les intermittents dans le communiqué.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève social culture