Malaise à l'institut catholique de Toulouse

L'Institut catholique de Toulouse accueille près de 3500 étudiants. / © France 3 Occitanie
L'Institut catholique de Toulouse accueille près de 3500 étudiants. / © France 3 Occitanie

Que se passe-t-il à l'institut à catholique de Toulouse ? Il y règne en tout cas un climat délétère depuis qu'un doyen de la faculté de théologie est accusé de harcèlement moral sur un autre enseignant. Deux clans se sont formés, entre pétition et demande de démission. Le Vatican s'en est même mêlé.

Par Laurence Boffet

Il règne un profond malaise à l'institut catholique de Toulouse. Accusé de harcèlement moral par un autre enseignant, le doyen de la faculté de philosophie a fait cet été l'objet d'une procédure de licenciement de la part du recteur de l'institut. Depuis, deux clans s'affrontent. D'un côté, ceux qui soutiennent le doyen et prônent un enseignement religieux. De l'autre, ceux qui soutiennent le recteur et défendent une ouverture plus grande aux facultés profanes. 

Les soutiens du doyen ont saisi le Vatican et la Congrégation pour l’éducation catholique qui a suspendu début septembre la procédure de licenciement. Un désaveu pour le recteur dont certains demandent aujourd'hui la démission. Et la confirmation d'une réelle crise de gouvernance au sein de l'institution.

Ce jeudi,  les 19 évêques protecteurs de l'institut se sont réunis pour réfléchir à la situation et trouver une solution. A l'issue de cette réunion, l'archevêque de Toulouse, Monseigneur Le Gall a adressé ce vendredi un communiqué à l'ensemble du personnel de l'institut. Il y reconnaît la crise qui règne au sein de l'institut et indique que les évêques ont conscience "des tensions qui existent au plan relationnel et au plan financier". Ils ont décidé de maintenir leur confiance au recteur de l'institut, Luc-Thomas Somme, lui demandant entre autres, "d’être attentif avec les autres acteurs à développer la dimension théologique et spirituelle qui constitue l’âme de notre Institut, de trouver les moyens de mieux soutenir les Facultés ecclésiastiques en associant davantage les Doyens à la réflexion stratégique et budgétaire et de veiller à la juste collaboration de ces Facultés avec les Facultés libres (Droit et Lettres) et les autres Organismes".


Voyez ici les explications de Julie Valin et Frédéric Desse :
Malaise à l'institut catholique de Toulouse

 

Sur le même sujet

Montpellier : le Camion du coeur, plus qu'un repas, un réconfort

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne