En Occitanie, une association permet aux jeunes aidants familiaux de "souffler", grâce à des séjours répit

L'association Jeunes aidants Occitanie oeuvre depuis plusieurs années pour permettre aux jeunes, enfants et adolescents, qui vivent avec une personne malade ou souffrant de handicap, de "souffler" un peu, à l'occasion de séjours organisés autour du cinéma.

Du temps hors de la maison, pour se ressourcer : un moment essentiel pour ces jeunes aidants familiaux.
Du temps hors de la maison, pour se ressourcer : un moment essentiel pour ces jeunes aidants familiaux. © Eric Coorevits/FTV
On connaît le terme d'aidants familiaux, qui désigne ces personnes en charge d'une personne malade, souvent à domicile, qu'il s'agisse d'un parent, d'un conjoint ou d'un descendant.
On sait moins qu'il s'applique aussi aux enfants. Ceux qui vivent avec un parent, un grand-parent, un frère ou une soeur, malade ou en situation de handicap.

Un statut inexistant

Ces enfants ou adolescents sont une population souvent invisible. Leur rôle n'est pas clairement défini, leur statut encore moins. Pourtant, ils sont de "jeunes aidants".

L'association Jeunes aidants Occitanie oeuvre depuis plusieurs années pour les faire reconnaître. Pour surtout leur permettre de parler de leur situation et de s'en extraire, quelques jours, le temps d'un séjour répit. En Occitanie, cette association leur propose des séjours autour du cinéma : cinéma d'animation pour les plus jeunes (de 7 à 13 ans), court métrage pour les adolescents.

C'est un temps de création (ils font tout de A à Z, de l'écriture du scénario à l'enregistrement des voix et des musiques), avec des professionnels. C'est un temps surtout pour souffler, s'extraire du quotidien et partager des moments avec d'autres enfants qui vivent des situations similaires et ne sont donc pas dans le jugement.

A l'occasion des vacances de la Toussaint, nous avons passé une journée avec une dizaine d'enfants jeunes aidants, en séjour à Narbonne-plage. Leurs films étaient en cours de finition : des petits courts métrages d'animation, réalisés à partir d'un souvenir heureux. Dans chacun d'entre eux, en effet, de bons moments en famille, mais aussi des situations difficiles. Un petit frère en crise, un papa hospitalisé loin de chez lui, le souvenir d'une mamie aujourd'hui décédée...

"Une vie comme les autres"

Quelques jours plus tôt, nous avions rencontré Mattéo, participant du séjour, chez lui, dans sa famille, en Ariège. Mattéo avait quatre ans quand son petit frère Lissandro est né. Mais il ne l'a guère vu pendant sa première année car Lissandro, souffrant de plusieurs pathologies lourdes, a été hospitalisé pendant de longs mois. Le retour à la maison a été difficile car la santé de Lissandro accapare constamment ses parents. Et ne permet que rarement de faire des projets, comme partir en vacances. 

"Mattéo, il n'est pas malade, il est en pleine santé", explique Isabelle Texeira, sa maman. "Et pourtant, il subit. Il subit les hospitalisations, il subit tous les rendez-vous médicaux et ça, un enfant ne devrait pas avoir à le subir. Heureusement, il l'exprime. Il dit "j'en ai marre, j'aimerais bien avoir une vie comme les autres".

"Avec l'association Jeunes aidants Occitanie", poursuit Alexandre Texeira, papa de Mattéo, "il a pu partir en vacances et partager des moments avec des enfants qui comprennent ce qu'il vit. Ce qui n'est pas forcément le cas avec ses copains de l'école". 

"Comme une famille"

Entourés d'une équipe d'animateurs, d'intervenants artistiques et de psychologues très investis et soudés, les enfants aidants se comprennent, ils savent ce que les autres vivent. "On n'est parle pas forcément", confie Lou, "mais on sait tous que chacun a quelqu'un qu'il aide, à la maison. On n'en parle pas forcément mais on est un peu comme une famille".

Les enfants aidants seraient autour de 500 000 en France.

Pour contacter l'association Jeunes aidants Occitanie : jeunes.aidants.occitanie@gmail.com ou Emmanuelle May 0650366477
© Eric Coorevits/FTV
Voir le reportage de France 3 Occitanie : 
Jeunes aidants familiaux
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société solidarité