Attention à la grève dans les centres des impôts le 17 mai et le 22 mai !

Portes closes le 17 et 22 mai dans les centres des impôts / © MaxPPP - Patrick James
Portes closes le 17 et 22 mai dans les centres des impôts / © MaxPPP - Patrick James

Les fonctionnaires des finances ont choisi la date limite de dépôts des impôts papiers pour se mettre en grève. Très mobilisés, ils dénoncent la politique toujours contraignante de réduction de la dépense publique et les conséquences dommageables sur leur emploi et pour les contribuables. 

Par Corinne Lebrave

La période est volontairement choisie. Le 17 mai est la date limite de dépôts des déclarations d’impôts sur papier.
Les personnels des centres de la finance publique ont choisi de se mettre en grève ce jour-là pour dénoncer la politique de réduction de la dépense publique et ses conséquences. 
Le mouvement sera suivi par les fonctionnaires de DGFiP dans toute la France. Le 17 et le 22 mai.

Les centres des impôts et les perceptions peu accessibles le 17 mai et le 22 mai


Il vaut mieux éviter de se déplacer ce jeudi pour apporter sa déclaration à la trésorerie. Selon la responsable syndicale de la Haute-Garonne que nous avons contacté ce matin, la grève ne posera pas de problème aux contribuables, sauf si vous aviez prévu de demander des informations en vous rendant dans votre centre des impôts le 17 mai.
Si vous comptiez déposer votre déclaration, les boites aux lettres seront accessibles, si vous la postez, le cachet de la poste fait foi. Et si malgré tout vous souhaitez avoir des informations avant de finaliser votre déclaration papiers, il faudra vous rabattre sur un centre ouvert : mais il risque d'y avoir de l'attente, ou revenir le 18 mai, et il ne devrait pas y avoir de pénalités. 
Vous pouvez toujours prendre vos précautions, avancer ou différer votre venue. Attention dans ce cas de vous  rendre dans votre centre des impôts le matin. dans certains départements, Ils sont fermés le mercredi et le vendredi après-midi faute d'effectifs. 

Des personnels mobilisés depuis le 22 mars


Depuis la dernière grève de la fonction publique, particulièrement suivie par les personnels de la direction de la finance publique, les agents de la DGFiP multiplient les mobilisations sur tout le territoire  français : blocages de services, grèves, interpellations des usagers, des élus, actions sur les sites…
En Haute-Garonne par exemple, les personnels ont interpellé des élus et des populations dans le Comminges, dans le Muretain et le Lauragais sur les suppressions d'emplois et les projets de suppressions de services. ils ont également mené des actions devant plusieurs sites, sensibilisé les usagers sur leurs missions, distribué des tracts aux contribuables pour leur expliquer les raisons de leur colère.

Selon la représentante de la CGT finances Publiques 31, 2 emplois sur 3 ne seraient pas remplacés. Les politiques de réductions de la dépense publique ont dégradés les conditions de travail, et elles n'auraient pas permis de prendre complètement en compte les nouvelles missions, imposées notamment par l'arrivée du numérique. 

Dernière inquiétude, la mise en place du prélèvement à la source. Au delà des adaptations que cela suppose pour tous, les agents craignent surtout le changement de vision qu'il implique : en devenant invisible et indolore, les contribuables pourraient en oublier que l'impôt est un socle de justice de notre société.  

 Le reportage de Marie-Laure Lejeune et Eric Marlot à Figeac dans le Lot

 

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus