• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Centenaire 14-18 : le développement de la médecine à Toulouse

© France 3 Occitanie - Olivier Denoun
© France 3 Occitanie - Olivier Denoun

La Grande Guerre est un charnier. Le nombre de blessés, la nouveauté de leurs mutilations amènent de nombreux médecins sur le front et parmi eux des Toulousains. Les soldats sont également envoyés à Toulouse pour finir d'y être soignés. Il y a 100 ans, Toulouse assoit sa vocation médicale. 

Par Corinne Lebrave

Le 11 novembre 1918, la France signe l'Armistice avec l'Allemagne.  Le bilan est lourd, 1,4 millions de soldats morts, plus de 4 millions de blessés. On le sait peu, mais beaucoup de ces soldats ont été pris en charge par de grands médecins toulousains sur le front. Ces blessés étaient aussi envoyés à Toulouse pour finir d'y être soignés. Il y a 100 ans, la ville assoit sa vocation médicale.  
 

Des médecins appelés sur le front


Cela devait être une guerre éclair, mais au fil des mois le conflit s’enlise, les blessés nombreux et salement amochés par des armes modernes affluent. Des médecins et des infirmiers sont alors mobilisés sur le Front, dont une centaine de la région toulousaine. Parmi eux, le chirurgien Prosper Viguier.  
 

Des blessés nombreux accueillis à Toulouse


100 ans plus tard, l'Hôtel Dieu consacre une exposition au chirurgien. A la tête de l'ambulance 8 du 18ème régiment, il soigne dans le Nord Est. Pendant 4 ans, Prosper Viguier fait face à l'horreur d'une guerre d'un nouveau genre.  
Amélioration des techniques d'amputation, développement des antiseptiques, en pleine guerre, ces médecins apprennent à s'adapter. Au même moment, Toulouse accueille des milliers de ces soldats blessés.  
 

La vocation médicale de Toulouse s’affirmera après-guerre


Fort de cette expérience, après la fin de la guerre et le retour des poilus, les structures hospitalières se développent à Toulouse. De grands médecins comme Camilla Soula ou Joseph Ducuing rentrent du Front. Prosper Viguier, lui, prend alors la tête du service de chirurgie de l'hôpital Larrey et s'intéresse aux paraplégies.

Depuis cette der des der, cette vocation médicale de Toulouse ne cessera de se développer.


Le reportage de Stéphanie Bousquet et Olivier Denoun :
centenaire 14-18 : Le développement de la médecine à Toulouse

 

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus