Coronavirus : l'armée bientôt mobilisée en Occitanie pour l'opération “résilience” ?

Dans le 17e régiment du génie parachutiste de Montauban, les militaires doivent maintenir les distanciations sociales pendant leurs entraînements. / © 17e RGP de Montauban
Dans le 17e régiment du génie parachutiste de Montauban, les militaires doivent maintenir les distanciations sociales pendant leurs entraînements. / © 17e RGP de Montauban

Dans le cadre de l'opération "résilience", la zone de défense de la région Occitanie pourrait être bientôt mobilisée. Pour l'heure, impossible de savoir "où", "quand" et "comment". Les services de l'Etat préfèrent ne pas communiquer sur les missions actuellement en discussion. 

Par Camille Nowak

C’est lors d’un déplacement à l’hôpital militaire de Mulhouse (Haut-Rhin), que le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, mercredi 25 mars, le lancement d’une nouvelle mission confiée aux militaires. Menée au même titre que les opérations "Barkhane" ou "Sentinelle", cette opération baptisée "résilience", a pour objectif de venir en aide aux populations et aux services publics pendant la crise du COVID-19.

Placés sous l’autorité directe du chef d’Etat-major des armées, le général François Lecointre, les militaires mobilisés se voient confier une triple mission : de "santé", de "logistique" et de "protection", résume le ministère des Armées. 

Evacuation de malades par voie aérienne ou par bateau, installation d’une structure hospitalière équipée de 30 lits de réanimation à Mulhouse… les militaires apportent un "appui" aux professionnels de santé pour combattre la crise sanitaire qui touche actuellement la France. 
 


Déploiement régional 


"En France, il y a sept zones de défense et de sécurité. Un dialogue s’est instauré dans chacune d’entre elles et il y a des demandes qui ont été faites partout. Le plus visible, jusqu’à présent, sont les missions dans le Nord-Est", explique Frédéric Barbry, porte-parole de l'État-major des Armées.

C’est ainsi dans une "logique régionale" que cette opération est mise en place. Des troupes de l’armée locales sont mobilisées pour répondre aux sollicitations des préfets.

Dans le Sud de la France, la zone de défense de l'armée s'exerce sur trois régions : Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur. "Si dans une région, les moyens des autres services de l’Etat sont inexistants, indisponibles, inadaptés ou insuffisants, l’armée pourra être sollicitée. Nous mettrons alors en place les moyens nécessaires pour répondre à la mission", poursuit le colonel Frédéric Barbry. 
 

Différentes missions


Dans la région Occitanie, plus précisément, des opérations pourront bientôt être menées. En revanche, les services de l'Etat ne souhaitent pas communiquer sur les missions, actuellement en discussion, afin de ne pas mettre en péril le travail des troupes. 

Les militaires pourront être mobilisés pour répondre à différentes demandes : 
  • Sécurisation de sites sensibles tel que les hôpitaux ou encore des laboratoires pharmaceutiques. 
  • Désengorgement des hôpitaux par le transfert de personnes contaminées. 
  • Prêt des moyens de transports afin de permettre le transfert des malades. 
"Notre objectif est de faire en sorte d’apporter une plus-value sur le terrain par rapport à l’offre préexistante. Nous apportons des moyens spécialisés et complémentaires", ajoute, le porte-parole de l'État-major des Armées. 

La région Occitanie accueille tout ou partie de quatre bases de défense : Toulouse-Tarbes-Castres, Carcassonne, Montauban, Nîmes-Laudun-Larzac. Environ 20 000 personnels civils et militaires de la défense sont présents dans la région. Elle concentre essentiellement des unités de l'armée de terre. 
 


En revanche, difficile de connaître le nombre d'hommes mobilisés sur ces missions : "Nous sommes dans une logique de réponse aux besoins et non une logique d’effectifs. S'il y a besoin d’une aide technique ou autre nous allons y répondre mais on ne va pas fixer arbitrairement un nombre de 1000, 2000 ou 3000 militaires en région". 

Lundi 30 mars, le bilan du Coronavirus en Occitanie faisait état de 81 décès en établissements de santé et 263 hospitalisations en réanimation. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus