Déconfinement politique : les premiers conseils municipaux élisent leur maire dans des conditions sanitaires strictes

A Alès, dans le Gard, le conseil municipal pour réélire Max Roustan s'est tenu ce samedi 23 mai 2020. / © FTV - O. Boisson
A Alès, dans le Gard, le conseil municipal pour réélire Max Roustan s'est tenu ce samedi 23 mai 2020. / © FTV - O. Boisson

C’est ce samedi 23 mai 2020, deux semaines après la fin du confinement que se tiennent les premières réunions des conseils municipaux élus au 1er tour des élections du 15 mars dernier. En Occitanie, 3 688 conseils vont enfin pouvoir élire leur maire. 

Par Camille Nowak

Après plusieurs semaines d'attente, c'est finalement, le 12 mai dernier qu'Edouard Philippe a donné son feu vert pour l’installation des conseils municipaux entre le 23 et le 28 mai. Une disposition qui permet aux maires élus au premier tour des municipales de prendre leurs fonctions. 
 

3 688 communes concernées en Occitanie


En Occitanie, sur les 4 488 communes, 3 688 ont élu leur maire au soir du 1er tour. Sont notamment concernées les communes de Béziers et Lattes dans l'Hérault, Auch dans le Gers, Alès dans le Gard, Mende en Lozère, Valence d'Agen dans le Tarn-et-Garonne, Foix en Ariège, Cahors dans le Lot, Castres et Mazamet dans le Tarn ou encore L'Union, Saint-Gaudens, Cintegabelle, et Balma en Haute-Garonne. 

A Alès, c'est le maire sortant, Les Républicains, Max Roustan qui a été réélu au premier tour avec près de 57% des voix devant Paul Planque, Divers gauche (22,84%) et le candidat du Rassemblement National Francis Bassier ( 8.68%).
 


Dans cette commune du Gard, c'est aujourd'hui, samedi 23 mai, que se tient le conseil municipal. Mais face à l’épidémie de coronavirus, des règles particulières ont été mises en œuvre suite aux recommandations du conseil scientifique.

 
Alès - Les élus présents au conseil municipal devaient disposer chacun de 4m² d’espace - 23.05.2020 / © FTV - O. Boisson
Alès - Les élus présents au conseil municipal devaient disposer chacun de 4m² d’espace - 23.05.2020 / © FTV - O. Boisson
 

Règles sanitaires strictes


En effet, après l'annonce du Premier ministre, une ordonnance du 13 mai est venue préciser les modalités particulières d’organisation de la séance d’installation des nouveaux élus. Différentes mesures ont été prises par les communes pour respecter ces recommandations : 

 
  • Durée de la séance : l'ordre du jour doit se limiter à l’élection du maire, la fixation du nombre d’adjoints, l’élection des adjoints et la lecture de la charte de l’élu local.
 
  • Règles sanitaires : les élus doivent "se laver les mains avec une solution hydroalcoolique avant de remplir le bulletin de vote" et utiliser "un stylo personnel". Enfin, "une seule personne sera en charge de la manipulation des bulletins au moment du dépouillement".
 
  • Distanciation sociale : afin que les élus puissent disposer chacun de 4m² d’espace, il est  prévu que "le conseil peut décider de se réunir en tout lieu, y compris situé hors du territoire de la commune". Le maire doit cependant préalablement informer le Préfet du lieu choisi pour la réunion du conseil municipal et le mentionner expressément dans la convocation.


Un conseil inédit


À Alès, c'est à l'ATOME (Assemblées du Territoire Organisations Mutualisées et de l'Emploi), ancienne chambre de commerce et d'industrie, que le conseil municipal a été organisé pour permettre le respect de ces règles.
 


Pour la première fois, les élus n’ont pas voté dans le traditionnel isoloir. Pour éviter les déplacements, ils ont déposé, tout en restant à leur place, leur bulletin dans une urne.

Par ailleurs, devant le bâtiment, un écran de télévision a été installé afin de permettre au public de suivre la séance, "c’est une solution alternative qu’on apprécie, ça fait partie de la démocratie", "je suis ravi qu’on puisse au moins le suivre de l’extérieur, c’est rassurant et puis les policiers municipaux sont là pour faire respecter les distances donc je ne suis pas du tout inquiet", confient des habitants. 

 

Organisation du conseil municipal d'Alès



Mais le 15 mars dernier, c'est avec un faible taux de participation - 33,63% contre 61,53% en 2014 soit une baisse de 28 points - que Max Roustan a été élu. Une participation en chute libre qui ravive la question de légitimité du scrutin par l'opposition. 

Pour les 800 autres communes d'Occitanie où un second tour des élections municipales doit se tenir, elles devront patienter jusqu'au 28 juin - date fixée pour le second tour - pour élire leur futur maire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus