• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nicole Belloubet nouvelle marraine de l'association Le Refuge, créée à Montpellier pour soutenir les jeunes LGBT

Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la justice, sera la marraine de l’association « Le Refuge » pour l’année 2019. / © Leon Tanguy / Max PPP
Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la justice, sera la marraine de l’association « Le Refuge » pour l’année 2019. / © Leon Tanguy / Max PPP

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, sera la nouvelle marraine de l'association Le Refuge. Créé à Montpellier il y a 16 ans, Le Refuge offre accompagnement et hébergement aux jeunes LGBT victimes d’homophobie ou de transphobie et rejetés par leurs proches.

Par A.A.

L'association Le Refuge va recevoir un soutien de poids, elle va être parrainée par Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la Justice. L'opération à l'initiative de la ministre sera officiellement lancée lundi 27 mai, après les élections européennes. "On est content, surtout en terme d'actions conrètes, car elle a un pouvoir de décision important", se réjouit Frédéric Gual, directeur du Refuge de Montpellier.
 

"Visibilité et reconnaissance"

Nicole Belloubet rejoint donc Muriel Robin en tant que marraine de l'association. "Ce parrainage va nous apporter visibilité et reconnaissance pour le travail que l'on fait depuis 16 ans et pour notre partenariat avec la Protection judiciaire de la jeunesse", souligne Frédéric Gual.
 

Le Refuge, créé à Montpellier en 2003, est aujourd'hui implanté dans 19 villes. L'association a pour objet de prévenir l’isolement et le suicide des jeunes LGBT, de 18 à 25 ans. Elle offre aux victimes d’homophobie ou de transphobie et en situation de rupture familiale un hébergement, mais aussi un accommpagnement psychologique et social.
 

7 000 jeunes accueillis

L'association a accueilli 7000 jeunes depuis ses débuts. Rien qu'en 2018, 294 personnes ont été hébergés et 110 ont été accompagnés. Un soutien plus que nécessaire dans un contexte difficile, les agressions physiques envers les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans) ont atteint un record en 2018, 231 faits ont été signalés, selon le rapport annuel de SOS Homophobie.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tour de France : la 16e étape Nîmes-Nîmes

Les + Lus