Occitanie : 8 députés LREM déposent une proposition de loi pour le retour de l'alcool dans les stades

illustration / © maxppp XAVIER DE FENOYL
illustration / © maxppp XAVIER DE FENOYL

Une proposition de loi de députés LREM envisage d'assouplir les conditions de vente d'alcool dans les stades. 8 élus d'Occitanie sont signataires. Une démarche originale et surprenante dans un projet de texte de loi datant du 24 juillet et intitulé... faire de la France une nation sportive.

Par FD avec F.Hertmann


C’est le 18ème et dernier article qui fait débat aujourd’hui. Il propose de changer les conditions de vente d’alcool dans les stades. De les assouplir, disent certains, de rendre ces conditions de vente plus transparentes, répondent les 110 députés du groupe parlementaire LREM qui ont co-signé le texte.

Parmi eux, 8 parlementaires d’Occitanie : Olivier Gaillard dans le Gard, Danièle Hérin dans l’Aude, Patricia Mirallès et Patrick Vignal dans l’Hérault, Stéphane Mazars dans l'Aveyron, Jean-Bernard Sempastous dans les Hautes-Pyrénées, Jean Terlier dans le Tarn et Corinne Vignon en Haute-Garonne.
 

Bientôt de l'alcool dans les stades ?


Que propose cet article ? Il a particulièrement retenu l’attention, puisqu’il touche à la sensible loi Evin de 1991, interdisant la vente d’alcool dans les enceintes sportives.

Dans la partie du texte consacrée aux "modèles de financement du sport", l’article 18 propose d’étendre "l’octroi d’autorisations temporaires de vente d’alcool aux sociétés sportives", c’est-à-dire aux clubs professionnels.

Un nouvel assouplissement voulu par des élus, après celui de 1999. "L’amendement buvette" octroyait aux associations sportives dix dérogations par an, accordées par le maire ou le préfet, pour vendre de la bière dans les stades.

La proposition actuelle entend mettre fin à cette différence de traitement et permettre aux clubs professionnels de distribuer et de vendre eux-mêmes des boissons alcoolisées, sans passer par leur association sportive.
En clair, il s'agit d'autoriser la vente d'alcool dans les stades par les clubs professionnels qui n'en ont pas le droit depuis 1991.

La dérogation de dix journées par an donnée aux associations sportives serait ainsi transférée aux clubs. La vente d'alcool serait donc autorisée en moyenne un match sur 2 à domicile pour les clubs de foot et de rugby.
 

Plus de recettes pour les clubs ?


Selon Patrick Vignal, député LREM de l’Hérault et co-signataire :
 

Il n’est pas question de toucher à la loi Évin mais de mettre fin à l’hypocrisie des espaces VIP des stades, où l'alcool est offert, vendu, et consommé légalement, à l'inverse du reste de l'enceinte.


Mais le principal argument avancé par les rédacteurs du texte est d’ordre économique, visant l’autofinancement du sport professionnel. Ainsi, la vente d’alcool serait vue comme une solution pour permettre aux clubs de générer de nouvelles recettes.

Une hausse de la consommation ?
Le sujet est sensible et l’initiative est dénoncée par les acteurs de prévention de l’alcoolisme qui y voient une manœuvre du lobby alcoolier.
L’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie redoute une explosion de la consommation dans les stades.

Cette proposition de loi devrait être présentée à l'automne à l’Assemblée nationale.
 

Sur le même sujet

Les + Lus