• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

En Occitanie, on roulera bientôt dans des trains à hydrogène

Un train à hydrogène Alstom, en Allemagne / © PETER ENDIG / DPA / AFP
Un train à hydrogène Alstom, en Allemagne / © PETER ENDIG / DPA / AFP

La SNCF a commandé une quinzaine de trains régionaux roulant à l'hydrogène au constructeur Alstom. L'Occitanie sera la première région à accueillir un de ces trains sur ses voies ferroviaires dès 2022. 

Par Adélaïde Tenaglia

Le premier train à hydrogène en France devrait circuler sur les voies ferrées dès 2022 et ce sera... en Occitanie. La SNCF a annoncé ce jeudi vouloir commander une quinzaine de trains régionaux à hydrogène au constructeur ferroviaire Alstom, pour lancer la filière en France. 

Le groupe Alstom, dont une des chaînes de production se trouve à Tarbes, avait proposé l'année dernière une adaptation française de son train à hydrogène qui circule déjà depuis septembre 2018 en Allemagne. 

Le groupe français avait alors fait savoir qu'il aimerait que les régions commandent rapidement une trentaine d'exemplaires de ce nouveau véhicule.

L'Occitanie a fait savoir très tôt qu'elle en voulait trois exemplaires. "Je suis très fière que notre initiative, portée conjointement par les Régions
Occitanie, Nouvelle Aquitaine et Grand Est, porte ses fruits", a déclaré Carole Delga, la présidente de la Région.

L'Occitanie développe un hydrogène "vert"

L'hydrogène présente un avantage considérable : il permettrait aux trains de circuler sans émettre de substance polluante. Mais sa source peut poser problème : en France, 95% de l'hydrogène consommé est issu d'énergies fossiles. Il existe une autre méthode, par électrolyse de l'eau, mais elle est encore chère donc peu répandue.

Mais fin juin dernier, la région Occitanie a présenté son plan régional de déploiement de mobilité hydrogène. Doté d'un budget de 150 millions d'euros, il doit oeuvrer pour le développement d'un hydrogène "vert", donc qui ne repose pas sur l'utilisation d'énergie fossile. Cet hydrogène devrait être produit à partir des ressources régionales en énergie renouvelable.

"L'objectif, c'est qu'il n'y ait plus un seul diesel sur les rails français dans 15 ans", a assuré Guillaume Pépy, le président de la SNCF. 
 

Sur le même sujet

Mobilisation à l'hôpital de Montpellier et Narbonne

Les + Lus