PORTRAIT. Perpignan : Mohamed, migrant guinéen et le début d'une intégration réussie

Mohamed est apprenti carreleur à l'âge de 16 ans / © Aude Chéron/Céline Llambrich/FTV
Mohamed est apprenti carreleur à l'âge de 16 ans / © Aude Chéron/Céline Llambrich/FTV

Mohamed Touré est un jeune Guinéen de 16 ans. Il est arrivé en France après un long périple. Aujourd'hui, il est parfaitement intégré à Perpignan et a commencé une formation de carreleur. Le début d'une belle histoire d'intégration.

Par Brian Bock

Ce matin là, à Perpignan, Mohamed commence son premier grand chantier. Il est apprenti carreleur. Le sourire aux lèvres, il place minutieusement chaque carreau, un par un : "Ça me plaît beaucoup, c'est un métier qui demande beaucoup de préçision".


Un parcours hors du commun

Pétillant et volontaire, Mohamed a un parcours hors du commun. Alors qu'il a 13 ans et demi, il quitte la Guinée avec son grand frère en 2017 dans un contexte social et familial très difficile. Il vont jusqu'en Libye où il perd la trace de son grand frère. Il traverse ensuite la Méditerranée pour se rendre en Italie. Avec des groupes de migrants, il passe la frontière française et se retrouve à Gap. Mineur isolé, il est pris en charge par les services de l'immigration avant d'être orienté vers les Pyrénées-Orientales.

Aujourd'hui, il est accueilli par l'Institut de l'enfance et de l'adolescence à Perpignan. La maîtrise parfaite du français, sa persévérance et son énergie l'ont conduit ici : "Je suis fier de moi-même, fier de mes éducateurs. J'ai envie de rester à Perpignan, je me suis fait des amis ici, des amis français".
 

Je me suis fait des amis ici, des amis français, Mohamed


Quand la journée de travail de Mohamed se termine, il retrouve un appartement en colocation dans lequel il est hébergé par le département des Pyrénées-Orientales. Des éducateurs l'aident à gérer les tâches quotidiennes. Même s'il est indépendant, Mohamed est encore un adolescent. Les éducateurs l'aident à ses devoirs et à la gestion d'un budget quotidien : "Notre objectif, c'est de les rendre citoyens, adulte, et qu'ils volent de leurs propres ailes" affirme Amina Orange, cadre socio-éducatif à l'Institut départemental de l'enfance et de l'adolescence.
 

Notre objectif, c'est de les rendre citoyens

 
Mohamed avec ses éducateurs / © Aude Chéron/Céline Llambrich FTV
Mohamed avec ses éducateurs / © Aude Chéron/Céline Llambrich FTV

Pour Mohamed, la liberté a un sens très particulier et il en parle souvent avec ses amis : "Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avez, chez moi, il n'y a pas ça, c'est cette liberté là que moi je cherche"

Mohamed espère pouvoir rester en France et demander la nationalité française dans deux ans. 


Des mineurs isolés stables et volontaires

L'Institut départemental de l'enfance et de l'adolescence accueille dans les Pyrénées-Orientales, 200 mineurs non accompagés. Ils arrivent principalement d'Afrique subsaharienne. Le dispositif français prévoit de répartir ces mineurs sur tout le territoire.
 

C'est une population stable, très volontaire.
 


Selon Marie-Laure De Guardia, directrice de Institut départemental de l'enfance et de l'adolescence des Pyrénées-Orientales, "L'objectif est de leur obtenir des papiers en règle, et de construire avec eux un parcours d'insertion. C'est une population stable, très volontaire, qui arrive avec une vraie envie de connaître notre pays et de s'y inscrire".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus