• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Peste porcine africaine : les chasseurs partie prenante dans la lutte contre l'épidémie

illustration / © France 3 Occitanie
illustration / © France 3 Occitanie

Au moment où la saison de chasse démarre, les fédérations départementales ont été formées à la lutte contre la peste porcine africaine. Ce virus ravage l'Asie et une partie de l'Europe Centrale. Il est aux portes de la France, présent en Belgique. 

Par Amélie Poisson

Le 15 août, les battues de sangliers sont officiellement ouvertes en France. Cette année, les chasseurs sont particulièrement sensibilisés à la peste porcine africaine. Ce virus fait des ravages en Asie. Il est présent en Europe de l'Est en particulier en Pologne et en Roumanie. La Belgique est aussi contaminée. La France a mis en place un cordon sanitaire, une "zone blanche" à la frontière du pays pour éviter une contamination de ses porcs. Le virus est résistant.
Il se déplace par tâche d'huile ou petit saut.

La priorité pour nous est d'alerter les populations à risque comme par exemple les routiers qui viennent de ces pays 


explique Valérie Vogler, cheffe d’unité gouvernance sanitaire et plateforme régionale d’épidémiosurveillance à la DRAAF (Direction Régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt Occitanie) "par exemple : ne pas jeter leur sandwich dans une poubelle qui pourrait ensuite être visitée par un sanglier.

La charcuterie, les chaussures, les vêtements...Tout ce qui pourrait avoir été en contact avec un cochon contaminé doit faire l'objet d'une vigilance".

Des affichettes ont été placardées sur les aires de repos des autoroutes.

Il n'y a pas de danger pour l'homme, le virus ne se transmet pas. En revanche ce serait un désastre pour la filière porcine en France

continue t-elle. En effet, si le porc français était à son tour contaminé, les exportations cesserait. Or le porc représente la 5ème industrie agro-alimentaire de France. Son poids économique s'élève en milliards d'euros. L'Occitanie produit 3% de la viande porcine française. La veille sanitaire est donc particulièrement stricte. Elle implique les services sanitaires de l'Etat mais aussi l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), le réseau SAGIR (réseau de surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres en France) et même les chasseurs. 
 
Densité des foyers domestiques et cas sauvages de PPA confirmés en Europe du 01/01/2018 au 14/07/2019 (source : ADNS/FAO)
Densité des foyers domestiques et cas sauvages de PPA confirmés en Europe du 01/01/2018 au 14/07/2019 (source : ADNS/FAO)
 

Une saison de chasse sous pression

"Au niveau de la fédération nationale de chasse, nous allons éditer des affiches pour prevenir les chasseurs. Elles seront distribuées sur tous les évènements de chasse" explique Jean-Marc Delcasso, président de la fédération de chasse des Hautes-Pyrénées. "En clair, les chasseurs assure une veille. C'est-à-dire que s'ils découvrent un sanglier mort ou avec un comportement anormal, ils doivent le signaler". Ce signalement fera l'objet d'un prélevement qui infirmera ou confirmera la présence du virus. Si jamais sa présence était avérée, un plan d'urgence est déjà prévu. "Il prévoit des mesures adaptées en fonction de la situation mais qui peuvent aller jusqu'à l'interdiction de promenade en forêt, des patrouilles actives de sangliers morts, la désinfection de voitures..." énumère Valérie Vogler "ce plan et ces mesures seraient de toute façon discutées au plus niveau avant leur mise en oeuvre". 

Une prime au sanglier abattu

En Espagne, mais aussi en Belgique et même en France, les chasseurs ont été payés pour tuer des sangliers."Dans la zone blanche, il a fallu éradiquer les sangliers. Les chasseurs ont perçu une prime de 100 euros par cochon abattu" explique Jean-Marc Delcasso. "Ce n'est pas une mesure qu'on réclame pour l'instant en Occitanie. Nous souhaitons plus une reconnaissance sur l'intérêt de notre passion pour l'agriculture, la santé et la population dans son ensemble que de l'argent". 

Le marché du porc français au beau fixe

C'est un des effets de la crise sanitaire en Asie : le porc français se vend à plein régime. A titre préventif par exemple, la Chine a abbatu plus d'un million de porc en quelques mois affectés par la peste porcine, obligeant le pays à accroître ses importations. Cette demande tire le cours vers le haut. En août le prix du porc fluctuait à 1,7euros le kilo. c'ets 30% de plus qu'en mars. Et les exportations françaises vers l'Asie ont augmenté de 15% en France. Une embellie qui fait du bien au secteur. Au moins qu'elle ne soit de courte durée et que la France a son tour soit touchée par l'épidémie. 

 

La peste porcine africaine

La maladie, originaire d’Afrique, est présente depuis près de 5 ans dans plusieurs pays d’Europe de l’Est et s’est progressivement rapprochée des frontières française. Le virus se transmet d’un animal à un autre mais peut également se disséminer par des mouvements de véhicules, de personnes en provenance de zones infectées ou par l’intermédiaire de denrées alimentaires.
Cette maladie virale contagieuse concernent exclusivement les suidés (porcs, sangliers). Elle entraine une forte mortalité (pathogénicité variable selon souche). Il n'y pas de traitement, pas de vaccin, c'est virus très résistant dans le milieu extérieur.
La peste porcine africaine est considérée en Europe comme un danger sanitaire de catégorie 1, à plan d'urgence et à déclaration obligatoire au niveau international

Sur le même sujet

Aude : la future maternité unique de Narbonne sera-t-elle publique ou privée ?

Les + Lus