Rodez : séance de vœux perturbée au centre hospitalier Sainte-Marie

Dès l'entrée du centre, le ton est donné / © CGT Sainte-Marie
Dès l'entrée du centre, le ton est donné / © CGT Sainte-Marie

Les salariés de l’établissement ruthénois de l’association de Sainte-Marie ont profité de la cérémonie des vœux du directeur général pour dénoncer leurs conditions de travail et exiger une reprise du dialogue social.
 

Par Eric Marlot

Le directeur général des établissements de Sainte-Marie avait fait le déplacement depuis le siège social à Chamalières pour présenter ses vœux au personnel du centre hospitalier ruthénois. Il n’aura pas eu le temps de beaucoup parler. Les salariés ont refusé de l’écouter et ont manifesté bruyamment leur colère. Après 3 tentatives de prise de parole, le directeur a finalement quitté la salle.

Les raisons de la colère

Les personnels du centre hospitalier Sainte-Marie dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles, le non-versement d’une prime égalitaire de fin d’année et la modification des conditions d’attribution de la prime d’assiduité.

Un salarié qui est absent 1 journée sur une période de 4 mois perd sa prime d’assiduité sur cette même période, quelle qu’en soit la raison. Et c’est pareil s’il fait un jour de grève.

Grégory Poczernin, délégué CGT Centre hospitalier Sainte-Marie Rodez

 

Les syndicats demandent par ailleurs à ce que les salariés bénéficient des économies réalisées par le centre hospitalier grâce aux allègements de cotisation accordés par le gouvernement. Un gain qu’ils estiment à 13 millions d’euros. Aussi demandent-ils une prime de 600 euros bruts par salarié.

Nos salaires stagnent depuis 30 ans, ce qui représente une perte de pouvoir d’achat de 25%. Une prime de 600 euros permettrait de rééquilibrer un peu les choses.

Grégory Poczernin, délégué CGT Centre hospitalier Sainte-Marie Rodez

 
La colère des personnels s'affiche sur les murs / © Page Facebook CGT Sainte-Marie
La colère des personnels s'affiche sur les murs / © Page Facebook CGT Sainte-Marie

En décembre dernier, les syndicats ont déposé un préavis de grève illimité. Depuis, les salariés multiplient les actions pour obtenir la réouverture des négociations, ce qui serait selon eux le signe d’une volonté de la direction d’apaiser la situation.
 

L’association hospitalière Sainte-Marie en détail

Statut : hôpital privé à but non lucratif

Siège à Chamalières (Puy-de-Dôme)

5 établissements en France :

  • A Nice dans les Alpes-Maritimes,
  • A Privas en Ardèche,
  • A Rodez en Aveyron
  • Au Puy-en-Velay en Haute-Loire,
  • A Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme

L’association emploie 5500 salariés dont 250 médecins et 3500 soignants
 

Sur le même sujet

Les + Lus