• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Bernard Laporte annonce l'interdiction du plaquage au-dessus de la ceinture dans les écoles de rugby

Bernard Laporte, président de la fédération française de rugby, a présenté le programme "Rugby bien joué" à Perpignan à l'occasion du congrès de la FFR, le 28 août 2018. / © F3 LR Olivier Meyer
Bernard Laporte, président de la fédération française de rugby, a présenté le programme "Rugby bien joué" à Perpignan à l'occasion du congrès de la FFR, le 28 août 2018. / © F3 LR Olivier Meyer

Les minots des écoles de rugby ne peuvent plus plaquer au-dessus de la ceinture jusqu'en catégorie U12. La mesure a été prise par le président de la fédération Bernard Laporte pour préserver la santé des joueurs. Une petite révolution à laquelle devront s'adapter les 393 clubs occitans. 

Par Justine Saint-Sevin

Terroir du rugby, ligue leader sur le plan national avec ses 80 000 licenciés, l'Occitanie va devoir comme les autres adapter les contenus de ses entraînements en matière de plaquage. Dès la rentrée, les rugbymen et women en herbe ne pourront plus plaquer leurs copains et copines au-dessus de la ceinture. La mesure annoncée aux présidents de club par le président de la fédération française de rugby Bernard Laporte ne s'applique qu'aux catégories U8, U10 et U12.
 

Ce plan a pour objectif de renforcer la sécurité de la pratique de notre Sport en agissant à tous les niveaux, la formation du joueur, l’échauffement, la maîtrise des fondamentaux comme le plaquage, (...) Ce changement dans la formation doit permettre une future pratique cultivant plus encore l’évitement et la passe pour le franchissement." expose-t-il.


Cette nouvelle norme s'inscrit dans un programme plus large baptisé "Rugby bien joué". L'augmentation du nombre de blessures et de commotions ces dernières saisons, ainsi que le décès récent du jeune aurillacois Louis Fajfrowski après un match amical, ont ravivé les interrogations sur un rugby devenu dangereux. 

Comme première réponse, la fédération avait déjà organisé la saison dernière l'expérimentation d'un "carton bleu", permettant de contraindre un joueur à sortir du terrain en cas de suspicion de commotion cérébrale, sur les compétitions de Fédérale 1 et de Top 8 féminin. Il est étendu cette saison au Top 14 et à la ProD2.
 

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus