L'opposition demande au maire de Toulouse de renoncer aux baisses des subventions aux écoles de foot

Avec l'effet Coupe du Monde, le nombre de licenciés en Occitanie pourrait dépasser les 170 000 licenciés la saison prochaine. / © France 3
Avec l'effet Coupe du Monde, le nombre de licenciés en Occitanie pourrait dépasser les 170 000 licenciés la saison prochaine. / © France 3

Effet Coupe du Monde, les écoles et clubs de foot de Toulouse n'arrivant plus à faire face à l'afflux de demandes d'inscription, l'opposition municipale socialiste demande au maire de la ville de renoncer à son plan de baisse des subventions aux associations sportives.

Par VA.

La lettre, signée de François Briancon, l'ancien adjoint aux sports de la Ville de Toulouse, aujourd'hui président du groupe d'opposition municipale socialiste, se veut "en dehors de toute polémique".

Mais, constatant l'effet Coupe du Monde sur les clubs et écoles de foot de la ville où affluent de nombreux jeunes pour s'inscrire, François Briancon invite le maire Jean-Luc Moudenc à "mieux accompagner le tissu associatif dans lequel sont engagés des centaines de bénévoles qui permettent aux toulousains de pratiquer une activité sportive" et à "renoncer à l’ensemble des baisses de subventions votées et prévues pour les clubs et écoles de foot cette année, mais plus largement des associations sportives".

Le "bonheur partagé", lors de "scènes de liesse populaire" observées "à Toulouse comme ailleurs", écrit François Briancon, "a été rendu possible grâce à une équipe qui, à l’image de notre ville, sait se nourrir de toutes ses origines et se rassembler dans l’effort pour gagner."

Au début de son actuel mandat, le maire LR de Toulouse avait annoncé que les subventions aux associations, dont les clubs sportifs, seraient réduits de 25 % pendant le mandat.

"Avec la fin du dispositif d'Etat des contrats aidés qui leur permettait de recruter des éducateurs sportifs, les clubs et associations connaissent ainsi une double peine", souligne l'élu socialiste pour qui la "situation d'alerte" que connaissent les clubs "depuis longtemps" risque d'empirer rapidement.

Sur le même sujet

Les + Lus