Prison avec sursis pour deux militants de Génération Identitaire après une opération anti-migrants dans les Pyrénées

Publié le
Écrit par Karine Pellat

Peine de deux mois de prison avec sursis et 3 000 euros d'amende pour deux militants d'extrême-droite qui avaient participé à une opération anti-migrants dans les Pyrénées en janvier 2021. Parmi eux, la toulousaine Thaïs d'Escufon, ancienne porte-parole du groupe Génération Identitaire.

Quatre mois de prison avec sursis avaient été requis, lors de l'audience au mois de juin, par le Parquet de Saint-Gaudens contre l'ex porte-parole de Génération Identitaire, Thaïs d'Escufon, pour "injures publiques". C'est donc à une peine moins lourde qu'ont été condamnés les deux militants du groupuscule d'extrême-droite ce jeudi 9 septembre 2021.

Une opération anti-migrants dans les Pyrénées en janvier 2021

En janvier dernier, une trentaine de militants de Génération Identitaire, à bord de voitures sérigraphiées "Défend Europe" s'était installée au Col du Portillon, situé entre la France et l'Espagne. Dans le même temps, quelques autres partaient "en randonnée", utilisant "un drone" pour "surveiller" la frontière. Selon un message posté sur les réseaux sociaux, cette campagne entendait lutter contre le "risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées".

Le procureur de la République de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy, avait ouvert une enquête pour "provocation publique à la haine raciale" une semaine après cette opération anti-migrants.

Le groupuscule d'extrême-droite dissous en mai 2021

Le groupe d’extrême-droite Génération identitaire a été dissous, en mars dernier, en conseil des ministres. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé son intention de dissoudre le groupe dès le mois de janvier, lui reprochant un "discours de haine assumé".

Génération Identitaire avait contesté cette décision via un référé-suspension. Mais le Conseil d'Etat avait estimé, le 4 mai, que la dissolution du groupe était "proportionnée à la gravité des risques pour l'ordre public".