Projet de gratte-ciel contesté à Toulouse : la justice rendra sa décision avant l'été

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aude Henry avec AFP

Le tribunal administratif de Toulouse examinait ce vendredi 20 mai 2022 le recours déposé par des opposants à la construction de la Tour Occitanie. Décision devrait être rendue avant l'été.

Un projet de gratte-ciel, le premier qui pourrait sortir de terre à Toulouse, était au cœur d'une audience judiciaire ce vendredi 20 mai 2022. Le tribunal administratif examinait le recours déposé par des associations et des riverains. Le rapporteur public a rejeté leurs arguments, mais il faudra attendre pour connaître la décision de la justice.

"Que fait-on d'un projet qui n'est pas abouti ?"

Les opposants à la construction d'un immeuble de 150 mètres de haut dans le centre de Toulouse n'en sont pas à leur premier essai. Plusieurs recours visant à annuler le permis de construire de la Tour Occitanie ont été déposés depuis septembre 2019. Et ce vendredi 20 mai, le projet était une nouvelle fois remis en cause devant le tribunal administratif de Toulouse.

À l'origine de cette saisine de la justice : quatre associations dont France nature environnement et Droit au logement, ainsi que des riverains. Tous dénoncent un projet non-abouti, disproportionné, polluant.

La tour aujourd'hui ne peut pas être construite. On ne connait pas sa consommation d'énergie, on ne connait pas ses impacts réels sur l'environnement. Que fait-on d'un projet qui n'est pas abouti ? Comment la population toulousaine peut comprendre qu'un permis de construire ait été accordé ?

Me Alice Terrasse, avocate des plaignants

Arguments balayés par le rapporteur public

Au cours de cette audience, le rapporteur public du tribunal administratif de Toulouse a rejeté les arguments des opposants au gratte-ciel. Les porteurs du projet, eux, ont réaffirmé leurs ambitions.

Le projet de ce gratte-ciel de 40 étages culminant à 153m de hauteur a été dessiné par l'architecte américain Daniel Libeskind. Végétalisée de haut en bas, avec des façades en verre en spirale, la Tour Occitanie doit abriter 11.000 m2 de bureaux, des commerces, un peu plus d'une centaine de logements, un restaurant-bar panoramique, un hôtel et des locaux SNCF. 

"C'est un projet auquel on croit beaucoup. On ne va pas chercher des architectes internationaux, comme Daniel Libeskind, pour sortir un produit médiocre", a indiqué Eric Paillot, vice-président de la Compagnie de Phalsbourg, qui mène ce projet immobilier.

Ce réflexe systématique de dire "ils vont faire mal", me paraît partisan. La verticalité, on l'aime ou on ne l'aime pas, mais c'est une réponse à notre problématique environnementale.

Eric Paillot, vice-pdt Compagnie de Phalsbourg

La construction de cette tour serait une première dans la 4e ville de France,
dépourvue de hauts immeubles. Le tribunal administratif de Toulouse devrait rendre sa décision avant l'été. S'il rejette les recours, les associations auront encore la possibilité de faire appel devant le Conseil d'État.