Prostitution : 49 clients verbalisés à Toulouse en 2017

© MAX PPP
© MAX PPP

Depuis avril 2016, une loi permet de sanctionner les clients de prostituées. A Toulouse, 49 clients ont été verbalisés. La ville rose compte une centaine de prostituées. Tour d’horizon du milieu de la prostitution à Toulouse.

Par Martin Vanlaton

Depuis l’entrée en vigueur de la loi d’avril 2016, la prostitution est considérée comme une violence. La prostituée devient ainsi une victime et le client un coupable. Cette loi a deux objectifs : protéger les victimes d’un part, et réprimander l’exploitation sexuelle.

A Toulouse, 49 clients ont été verbalisés en 2017. Un chiffre très faible lorsqu’on sait que chaque nuit, une centaine de prostituées arpentent les trottoirs de la ville. La loi est en effet difficile à appliquer car il faut pouvoir prendre en flagrant délit l’échange de la rémunération entre la prostituée et son client.

D’autre part à Toulouse, des arrêtés municipaux « troubles prostitution » interdisent aux prostituées de travailler sur les trottoirs de certaines rues. Ainsi, depuis 2014, plusieurs périmètres sont définis. Toute infraction entraine une contravention de 38€ pour la prostituée concernée. De ce fait, le problème est déplacé en périphérie.

Diminution des clients … et augmentation des risques


Comme nous l’ont indiqué plusieurs prostituées, le travail de précarise. Selon un rapport de l’ONG Médecins du Monde après une enquête menée dans 7 départements différents, "la loi (de 2016) sur la prostitution bafoue les droits fondamentaux au quotidien."

Toujours selon cette étude, 78% des personnes sont "confronté.e.s à une baisse de leurs revenus", 42% sont "plus exposé.e.s aux violences depuis l’adoption de la loi" et 38% "rencontrent plus de difficultés à imposer le port du préservatif."

A Toulouse, on compte une centaine de prostitué(e)s. 30% sont d'origine européenne, 70% sont étrangères.

Amélie Poisson et Christophe Romain font le point sur la prostitution à Toulouse

Etat des lieux de la prostitution à Toulouse

Que dit la loi ?


La loi date d’avril 2016.  Les clients de prostituées encourent 1 500 € d'amende, et 3 750 € en cas de récidive.

"Le fait de solliciter, d'accepter ou d'obtenir des relations de nature sexuelle d'une personne qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, en échange d'une rémunération, d'une promesse de rémunération, de la fourniture d'un avantage en nature ou de la promesse d'un tel avantage est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe."

D’autre part, la loi prévoit aussi de permettre aux travailleurs du sexe de sortir de la prostitution. Pour cela, les candidats doivent avoir cessé toute activité. Après examen du dossier par le département et après avoir prouvé son identité, une aide financière de 330€ peut leur être donnée. La personne peut aussi bénéficier d’une autorisation provisoire de séjour de 6 mois. A Toulouse, 10 dossiers ont été déposés.

Sur le même sujet

Les images des manifestations à Barcelone

Les + Lus