Sanofi : les salariés manifestent alors que l'avenir du site de Toulouse est étudié au CCE

Publié le Mis à jour le
Écrit par Véronique Haudebourg

Sanofi se penche sur l'avenir de sa recherche et développement et du site de Toulouse au cours d'un comité central d'entreprise en région parisienne. Les salariés de Toulouse ont décidé de faire grève durant la présentation de ce plan.

Sanofi se penche sur l'avenir de sa recherche et développement et du site de Toulouse au cours d'un comité central d'entreprise en région parisienne. La direction présente un plan de restructuration prévoyant la suppression de 207 postes en France d'ici à la fin 2015 et le passage à l'autonomie du site toulousain en cinq ans . Les salariés de Toulouse ont décidé de faire grève durant la présentation de ce plan aux représentants du personnel

Le nouveau projet

Le nouveau projet de la direction se situe en deçà des engagements pris par Sanofi le 17 mai après la présentation par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, des propositions d'un rapport ministériel.

Selon un document préparatoire au CCE
  • seulement 364 postes sur 617  resteraient à Toulouse pendant la durée du plan
  • pourtant, le rapport de la mission ministérielle tablait sur le maintien de 500 emplois
  • le projet initial prévoyait, quant à lui, 200 départs de Toulouse et laissait les 400 autres dans le flou.
Le nouveau plan prévoit pour Toulouse
  • une centaine de mutations de chercheurs en maladies infectieuses vers Lyon
  • 63 suppressions d'emploi essentiellement dans les fonctions support (administration, informatique, finances...)
  • environ 80 transferts de fonctions support vers d'autres régions ou d'autres secteurs du groupe.
Sanofi envisage, en outre, de créer à Toulouse trois entités issues des activités actuelles (dont une ciblant la lutte anticancéreuse), dont l'autonomie devrait être atteinte au cours des cinq prochaines années.
 

Un plan "inacceptable" pour les salariés

Laurent Besson-Imbert, délégué de Sud-Chimie, deuxième syndicat à Toulouse :

"L'autonomie, c'est un grand classique du désengagement"

restructuration est inacceptable" et appelle à des rassemblements La CGT juge, pour sa part, que "ce nouveau projet dece mardi ainsi que le 9 juillet, pour combattre ce "nouveau plan de démantèlement de la Recherche". C'est en effet le 9 juillet que doivent débuter les négociations sur les mesures d'accompagnement du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE)

Une restructuration annoncée il y a un an


Le géant pharmaceutique avait annoncé, en juillet 2012, 914 suppressions nettes d'emplois en France dont 170 dans la Recherche et Développement d'ici à 2015 et 800 redéploiements par mobilité interne. Ce plan avait été rejeté par la Cour d'appel de Paris le 11 mars, faute d'informations suffisantes données à la représentation du personnel et d'un vrai plan de reclassement. La direction avait alors indiqué qu'elle attendrait les résultats de la mission ministérielle pour présenter une nouvelle version.

Notre dossier complet sur Sanofi