• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

SNCF : reprise progressive du trafic des TER en Midi-Pyrénées

© Maxime Van Oudendycke / France 3 Midi-Pyrénées
© Maxime Van Oudendycke / France 3 Midi-Pyrénées

Les personnels de la SNCF ont décidé de lever leur droit de retrait, après avoir trouvé un terrain d'entente avec la direction, suite à des faits de violences lundi soir sur un TER. Le trafic reprend progressivement en Midi-Pyrénées, pour un retour à la normale prévu dans l'après-midi.

Par Delphine Gerard

Les cheminots et contrôleurs SNCF ont décidé ce midi de lever leur droit de retrait, après une journée et demie de négociations avec la direction régionale. Le trafic doit reprendre peu à peu, pour un retour à la normale ce mercredi après-midi sur l'ensemble du réseau. Seuls les TER étaient concernés par ces perturbations.

Les négociations ont été tendues

Lundi soir, des incidents sont survenus sur la ligne TER entre Toulouse et Carmaux, à hauteur de l'Isle-sur-Tarn. Des violences, qui ont amené certains salariés à exercer leur droit de retrait et qui entrainé l'ouverture de négociations entre syndicat et direction. Après une journée d'échanges parfois tendus, les deux parties sont parvenues à un terrain d'entente ce midi. Laurent Saint-Supéry, contrôleur et secrétaire syndical CGT Toulouse explique qu'il n'y a pas d'éléments supplémentaires, mais qu'une concertation immédiate allait se mettre en place, "autour de la question essentielle qui reste celle des moyens".

Les outrages et violences se multiplient ces dernières semaines

"Depuis 5 à 6 semaines, on constate une multiplication des faits d'outrages, d'incivilités en direction des contrôleurs, des conducteurs, des agents d'escale, mais aussi des usagers." Deux lignes TER sont particulièrement compliquées : celle de Tarbes-Montréjeau et celle d'Albi-Carmaux. 
7 contrôleurs de la SNCF doivent être embauchés en février, qui s'ajouteront aux effectifs des 400 contrôleurs déjà en place. Les syndicats demandent plus de moyens, notamment humains. Les négociations vont donc se poursuivre dans les jours qui viennent sur cette question de la sécurité.

A lire aussi

Sur le même sujet

Béziers : Jacques Rançon avoue le meurtre d'Isabelle Mesnage dans la Somme en 1986

Les + Lus