Cet article date de plus de 3 ans

Starbucks, J'Go, Victoria's Secrets : révolution dans les boutiques de l'aéroport Toulouse-Blagnac

La société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) a renouvelé les concessions dans l'aérogare. Au fil des travaux d'aménagements, de nouvelles enseignes et de nouveaux points de restauration vont voir le jour à partir d'avril 2018. 
© X. De Fenoyl / MaxPPP
Il va y avoir du nouveau dans les boutiques de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, côté halls publics comme dans les salles d'embarquement. Ce lundi, Aéroport Toulouse Blagnac (ATB) a indiqué avoir revu de fond en combles les concessions des espaces de ventes et de restauration.

Conséquence : le nombre de boutiques va passer de 10 actuellement à 17 et les points de restauration de 8 à 15. Des enseignes nationales voire internationales font leur entrée, comme Starbucks ou Victoria's Secrets, aux côtés de détaillants locaux, comme le toulousain spécialiste des produits gascons le J'Go. Le duty free passe de son côté de 680 à 1850 mètres carrés.

Les travaux d'agrandissements sont en cours et la zone commerciale, voulue par les nouveaux actionnaires principaux de l'aéroport, va passer de 850 à 5000 mètres carrés en salle d'embarquement des halls C et D. 

Les espaces de ventes et de restauration ont été concédés principalement à des professionnels du secteur (Areas, Dufry, Lagardère Travel Essential et Lagardère Travel Retail) ainsi qu'à quelques marques indépendantes. Ces concessions permettront donc d'accueillir les marques suivantes : 

Pour la restauration : En ce qui concerne les boutiques : L'aéroport Toulouse-Blagnac est en pleine restructuration depuis sa privatisation et l'arrivée d'actionnaires chinois. Ils ont décidé de revoir considérablement l'organisation de l'aérogare et, en développant la clientèle internationale, de tenter d'attirer des marques mondialement connues. 

Dans le même temps, la direction de l'aéroport est elle-aussi en mouvement : à la rentrée, le directeur général Jean-Michel Vernhes a été poussé vers la sortie par les actionnaires chinois et de son côté, Anne-Marie Idrac, l'ancienne ministre, présidente du conseil de surveillance de l'aéroport, a décidé de ne pas renouveller son mandat qui s'achève mi-2018 comme nous le révélions il y a quelques semaines. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente de l'aéroport toulouse-blagnac économie transports transports aériens