"Les gens ne savent plus s’exprimer que par des comportements violents. Mes valeurs républicaines sont bousculées", tags et menaces contre une maire près de Toulouse

À 2 reprises, la maire de Fonsorbes (Haute-Garonne) Françoise Siméon a été visée par des tags sur des murs du bâtiment de la mairie. Des expressions très explicites : "À mort" et "Siméon dégage", et des propos vulgaires qui la visent directement. Elle a décidé de porter plainte.

Sur le site de la mairie de Fonsorbes, Françoise Siméon s'adresse aux habitants. "Françoise Siméon, maire de Fonsorbes, tient à informer les Fonsorbais qu’elle subit actuellement des menaces de mort, attaques et insultes. Ces intimidations constituent des faits graves et inadmissibles à l’encontre d’une élue de la République." 

Un premier tag puis 4 nouvelles inscriptions

Une première fois dans la nuit du 7 décembre, une inscription "Siméon dégage" a été découverte sur un mur de la mairie de Fonsorbes. Les faits sont graves, directement adressés à l'élue. Elle décide de porter plainte. Jointe par téléphone, elle tient le choc mais se dit inquiète. "On est tous sous la même vague. C’est moi qui suis personnellement attaquée mais on est dans un mode d’expression, une violence qui devient banale par des personnes qui ne savent pas s’exprimer autrement. C’est violent."

Une deuxième fois dans la nuit du 12 décembre, au-dessus de la boîte aux lettres d'un bâtiment de la mairie, une nouvelle inscription a été retrouvée par les services municipaux à 6h du matin. Cette fois-ci le message va encore plus loin et sans équivoque : "A mort". 4 nouveaux tags en tout avec des menaces et des propos vulgaires. Le tag "Siméon dégage" qui avait été effacé a été remplacé par "La maire dégage". Suite à ce nouvel acte, elle a déposé une nouvelle plainte auprès de la gendarmerie.

Une motion de soutien du conseil municipal

Le 11 décembre, le conseil municipal s'est réuni comme c'était prévu. Ce n'est sans doute pas un hasard si les nouvelles inscriptions ont été faites et découvertes le lendemain. Car les élus ont décidé de rédiger et de voter une motion de soutien à leur maire. "Profondément attaché aux valeurs républicaines, le conseil municipal de Fonsorbes condamne fermement les attaques nominatives contre la maire de la commune par des tags ignominieux apposés sur des murs du bâtiment voisin de la mairie."  

Le conseil municipal appelle à la responsabilité de chacun et a voté à l'unanimité une motion de soutien avec 7 articles. "J'ai reçu également un texto de Dominique Faure, ministre déléguée auprès du ministre en charge des Collectivités territoriales et de la ruralité, et des messages de soutien du sous-préfet de Muret ainsi que du président de l’Association des maires de France de la Haute-Garonne, déclare Françoise Siméon. C'est très important pour moi de savoir que l'Etat est là et qu'il me soutient."

Une enquête pour trouver le ou les auteurs

Pour l'heure, une enquête est en cours. La maire avoue "regarder tous les matins pour savoir si son habitation n'a pas été taguée."

On ne sait pas si ces actes ont un lien ou pas avec une histoire qui a ébranlé cette ville de plus de 13 000 habitants. Le 29 août 2022, une employée municipale en charge de l'entretien de l'école primaire s'était donné la mort. Elle s'était plainte de nombreuses pressions au travail. L'émotion était vive à l'époque et la cicatrice pas vraiment refermée.

"Nous avons reçu des menaces par mails à l'époque par rapport à ce drame. Mais il a été prouvé que les auteurs n'étaient pas des Fonsorbais. Là, je ne sais pas si ces tags ont un lien ou pas avec cette affaire." 

Françoise Siméon souhaite pour l'instant en rester là mais déplore que "les gens ne sachent plus s’exprimer que par des comportements, des mots violents. Mes valeurs républicaines sont bousculées." 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité