Toulouse : Amazon bloqué par des militants opposés au dérèglement climatique

Plus de 60 militants écologistes ont bloqué ce mardi le site d'Amazon à Toulouse, tout comme à Lille et Paris. Objectif : dénoncer le réchauffement climatique lié au transport de marchandises généré par la firme.

Une soixantaine de militants se relaient depuis 7 h ce mardi sur le site de Toulouse
Une soixantaine de militants se relaient depuis 7 h ce mardi sur le site de Toulouse © France 3 Occitanie
Des activistes d'ANV COP 21 (Action non violente Cop 21), des gilets jaunes et des militants des Amis de la Terre ont bloqué ce mardi matin l'entrée de l'entrepôt d'Amazon à Toulouse. Blocages également au siège d'Amazon à Clichy et devant un entrepôt de Lille.

Une soixantaine de personnes se sont relayées pour empêcher les entrées et les sorties de camions. Les salariés, eux, ont pu circuler.
 

"Survivre à la consommation"


"J'ai des enfants. J'ai envie qu'ils puissent survivre à la consommation", explique Gwar un militant d'ANV COP 21 (Action non violente Cop 21). "Ce que nous montre le GIEC 2018, c'est que nous avons 2 ans pour changer nos modes de consommation et sauver la planète. 90% des multinationales sont responsables de 60% des gaz à effet de serre".

Pour ces militants, Amazon est la plus polluante de ces firmes du fait de son modèle économique basé sur le transport. Ils dénoncent également la suppression des emplois locaux induite par ce type de commerce.
 

Evacuation en fin d'après-midi


Les militants s’opposent globalement aux politiques contribuant au dérèglement climatique. Ils disent protester contre les cadeaux fiscaux faits par le gouvernement à Amazon, qui paie des impôts dérisoires au regard de son chiffre d'affaires. L'entreprise bénéficie aussi de terrains à bas prix en échange de créations d'emplois.

"Mais 1.000 emplois créés par Amazon, des emplois précaires, c'est 2.000 emplois locaux qui sont supprimés"

poursuivait Gwar avant qu'il ne soit délogé avec les autres militants vers 18h  par les forces de l'ordre, "8 cars de CRS, sous la contrainte mais dans le calme" a-t-il précisé.

 

"Amazon de non-retour"


Durant la journée, ils ont cherché à mobiliser les automobilistes qui circulaient à proximité avec des slogans tels que "Amazon, stop à l’impunité sociale et environnementale", "Amazon de non-retour", "Stop expansion, stop surproduction"...
 


Dans un communiqué de presse, Amazon affirme : "nous respectons le droit de chacun d’exprimer ses opinions. Cependant, les déclarations faites aujourd’hui sont incorrectes. Amazon paie l’ensemble des impôts requis en France ainsi que dans l’ensemble des pays dans lesquels Amazon opère".
 

Des milliers d'emplois en France


"Aujourd’hui, Amazon a annoncé la création de 1 800 nouveaux emplois en CDI en France en 2019, ce qui fera passer ses effectifs de 7 500 à plus de 9 300 collaborateurs d’ici la fin de l’année. Nous sommes très fiers de notre environnement de travail et de nos milliers d’employés en France et nous invitons tous ceux qui le souhaitent à venir visiter un de nos sites pour se faire leur propre opinion".

"Par ailleurs, nous sommes engagés et investissons dans le développement durable depuis des années au travers de programmes innovants tels que "Déballer sans s’énerver" ou "Expédier dans l’emballage d’origine", explique encore la firme qui valorise par ailleurs son réseau de parcs éoliens et solaires.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société écologie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter