• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : FCPE et DAL font cause commune pour les enfants à la rue ou précarisés

FCPE 31 et DAL 31 organisent ce matin, jeudi 8 juin, un petit-déjeuner devant le collège Fermat à Toulouse. Objectif : alerter la population sur la scolarisation des enfants à la rue ou menacés de l'être.
FCPE 31 et DAL 31 organisent ce matin, jeudi 8 juin, un petit-déjeuner devant le collège Fermat à Toulouse. Objectif : alerter la population sur la scolarisation des enfants à la rue ou menacés de l'être.

Le DAL et la FCPE de Haute-Garonne organisent ce jeudi 8 juin un petit-déjeuner devant le collège Fermat de Toulouse. Objectif : obtenir un toit et la garantie de pouvoir étudier pour les enfants dont les familles sont à la rue ou menacées de l'être.

Par Christine Ravier


En France 600 000 enfants sont mal-logés, selon la fondation Abbé Pierre. C'est de ce constat qu'est partie l'opération "un toit pour apprendre". Le DAL (Droit au Logement) et la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Haute-Garonne se mobilisent.


"Un toit pour apprendre"


Ils organisent ce matin, jeudi 8 juin, un petit-déjeuner devant le collège Fermat sur le thème : "Un toit et étudier sont des droits !". Les membres des deux associations affirment n'avoir aucune certitude quant à la situation de certaines familles qu'elles suivent. Elles craignent qu'elle ne se retrouvent à la rue dans les jours à venir.

En vidéo, le reportage de Karine Pellat et Jean-Pierre Duntze
Toulouse : FCPE et DAL font cause commune pour les enfants à la rue ou précarisés
Le DAL et la FCPE de Haute-Garonne organisent ce jeudi 8 juin un petit-déjeuner devant le collège Fermat de Toulouse. Objectif : obtenir un toit et la garantie de pouvoir étudier pour les enfants dont les familles sont à la rue ou menacées de l'être.


Elles soulignent le sort des enfants actuellement à la rue avec ou sans leur famille, et d'autres qui sont hébergés chez des tiers ou à l'hôtel. Sont concernés aussi ceux qui vivent dans des structures d’hébergement collectives tandis que d'autres subissent les mauvaises conditions de leur logement (logements insalubres ou surpeuplés).

85.000 enfants dans des logements vétustes


Les associations rappellent que le mal-logement a des conséquences directes sur la santé des enfants : saturnisme lié à la présence de plomb, pathologies respiratoires (asthme), infections dermatologiques... L’intoxication au plomb concernerait 85.000 enfants de moins de 6 ans vivant dans des logements vétustes. 

L’absence ou les mauvaises conditions de logement ont aussi des conséquences sur la réussite à l'école et l'adaptation à l'environnement scolaire. La durée et la qualité du sommeil sont impactées, tout comme l'alimentation et l'hygiène. Ces facteurs engendrent des difficultés importantes, voire handicapantes pour ces enfants. Les deux associations appellent donc à une mobilisation de la population en leur faveur.













Sur le même sujet

Béziers : Jacques Rançon avoue le meurtre d'Isabelle Mesnage dans la Somme en 1986

Les + Lus