• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : grève à l'hôpital psychiatrique Marchant, en “grande souffrance”

Le piquet de grève devant l'Hôpital Marchant de Toulouse / © Karen Cassuto/France 3 Occitanie
Le piquet de grève devant l'Hôpital Marchant de Toulouse / © Karen Cassuto/France 3 Occitanie

Un piquet de grève reconductible a été installé ce mardi matin, sous la forme d'une tente plantée devant l'hôpital psychiatrique Marchant par le syndicat Sud Santé. Les grévistes dénoncent un hôpital "en grande souffrance" et réclament des moyens supplémentaires.

Par VA.

Ils sont une trentaine à se relayer autour de la tente installée devant l'Hôpital psychiatrique Marchant pour former, à l'appel du syndicat Sud Santé, un piquet de grève.

Par ce mouvement reconductible, les grévistes entendent dénoncer le manque cruel de personnels et de lits à l'Hôpital Marchand. Ils décrivent leur établissement comme un lieu de "grande souffrance" non seulement pour les soignants, dont les burn out et les arrêts maladie se multiplient, mais aussi pour les patients. 

"Faute de lits disponibles, explique un des grévistes, des patients se retrouvent même dans des chambres d'isolement alors qu'ils n'en ont pas besoin". 

Selon le syndicat Sud, l'Agence Régionale de Santé (ARS) demande à la direction de fermer des lits (20 lits auraient déjà été perdus et au total 27 devraient disparâitre) alors que la population augmente sur Toulouse et qu'il manque globalement 60 infirmiers, 7 psychologues, 7 assistantes sociales, 7 secrétaires médicales et 3 médecins psychiatres par secteur de soin".

Le piquet de grève est installé pour durer, jour et nuit.

Mardi matin, aucun rendez-vous de négociation n'était fixé avec la direction, que le syndicat Sud a rencontrée vendredi pour lui exposer ses doléances.

Voir le reportage de Karen Cassuto et de Thierry Villeger :

 

Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus